Coronavirus

Le Liban enregistre un nouveau pic avec 63 cas détectés en 24 heures

Le gouvernement prolonge la mobilisation générale jusqu’au 7 juin et s’orienterait pour le moment vers le maintien de la fermeture de l’aéroport.

L’équipe mobile du Centre médical de l’université libano-américaine effectuant des tests de dépistage PCR au dispensaire de l’ordre de Malte dans le village de Roum, caza de Jezzine, au Liban-Sud. Patrick Baz/AFP

Un nouveau pic au compteur du coronavirus a été enregistré hier avec 63 nouveaux cas en l’espace de 24 heures, contre 7 la veille, portant ainsi à 1 024 le nombre cumulé des contaminations depuis l’annonce de l’épidémie le 21 février. Trente-six de ces nouvelles contaminations sont « locales » et 27 ont été enregistrées parmi les rapatriés, dont 25 sur le vol en provenance du Koweït, selon le rapport quotidien du ministère de la Santé. Au nombre des contaminations locales, 19 ont été détectées parmi les ressortissants bangladais logés dans un vieil immeuble de Ras el-Nabeh (18 Bangladais habitant ce même immeuble avaient été testés positifs au coronavirus au cours du week-end, qui est depuis mis en isolation sous surveillance des forces de l’ordre) et neuf autres à Mazboud, dans le Chouf. Il s’agit de personnes ayant été en contact avec l’un des soldats du tribunal militaire contaminés par le coronavirus ou l’un des membres de sa famille. Quatre cas ont été enregistrés à Jdeidet el-Qaytaa.

Parallèlement, 412 guérisons ont été annoncées, portant ainsi à 663 le nombre des personnes guéries. Le nombre des décès reste inchangé, avec un total de 26 morts. Actuellement donc, 335 patients sont atteints du coronavirus, dont 4 qui se trouvent dans un état critique.

La troisième phase de rapatriement de Libanais bloqués à l’étranger s’est poursuivie hier encore avec quatre vols de la MEA en provenance de Doha, Erbil, Paris, Casablanca. 150 Libanais sont également rentrés au pays depuis la Syrie, à travers le passage frontalier de Masnaa, dans la Békaa. Par ailleurs, un avion de la compagnie Ethiopian Airlines a rapatrié dans la journée d’hier dans leur pays quelques dizaines d’employées de maison éthiopiennes. Leurs employeurs qui souhaitent les laisser partir doivent leur réserver un hôtel à Addis Abeba pour une période de quarantaine de 14 jours.

Contaminations localisées

« Nous ne sommes pas dans un stade de propagation du virus, mais les contaminations sont localisées en certains endroits », a voulu rassurer la porte-parole du gouvernement, la ministre de l’Information Manal Abdel Samad, à l’issue du Conseil des ministres tenu au Grand Sérail. Elle a en outre annoncé que le cabinet a décidé de proroger jusqu’au 7 juin la période de mobilisation générale, suivant ainsi une recommandation formulée en ce sens mardi par le Conseil supérieur de défense. Soulignant que le ministre de l’Intérieur a insisté durant la réunion du Conseil sur la nécessité de respecter les mesures barrières, notamment en ce qui concerne le port du masque, Mme Abdel Samad a semé le doute quant à la réouverture de l’aéroport prévue le 8 juin dans le cadre de la dernière phase de déconfinement progressif. « Nous ne nous orientons pas pour l’instant vers sa réouverture après les rapatriements à la fin du mois », a-t-elle ainsi répondu à une question d’une journaliste.



Un nouveau pic au compteur du coronavirus a été enregistré hier avec 63 nouveaux cas en l’espace de 24 heures, contre 7 la veille, portant ainsi à 1 024 le nombre cumulé des contaminations depuis l’annonce de l’épidémie le 21 février. Trente-six de ces nouvelles contaminations sont « locales » et 27 ont été enregistrées parmi les rapatriés, dont 25 sur le...

commentaires (0)

Commentaires (0)