Proche-Orient

L'UE demande au nouveau gouvernement israélien de renoncer aux annexions

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. Photo AFP / HO / KNESSET SPOKESPERSON OFFICE

L'Union européenne (UE) a demandé mardi au nouveau gouvernement israélien de renoncer aux projets d'annexion en Cisjordanie et a rappelé à l'Etat hébreu la nécessité de respecter le droit international, dans une déclaration approuvée par 25 des 27 Etats membres.

"Nous demandons instamment à Israël de s'abstenir de toute décision unilatérale qui conduirait à l'annexion de tout territoire palestinien occupé et qui serait, en tant que telle, contraire au droit international", insiste la déclaration publiée par le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. "Je me réjouis du fait que 25 États membres de l'UE ont soutenu cette déclaration, qui est l'aboutissement d'une initiative que j'ai prise le 12 mai avec mon collègue irlandais Simon Coveney", s'est félicité de son côté le chef de la diplomatie du Luxembourg, Jean Asselborn. Ce dernier a toutefois "vivement regretté" que deux pays de l'UE manquent à l'appel "sur un sujet aussi crucial pour la crédibilité" de sa politique étrangère.

L'Autriche et la Hongrie ont refusé de souscrire à cette déclaration lors de sa discussion le 15 mai par les ministres des Affaires étrangères de l'UE, selon Jean Asselborn. "La déclaration rappelle les positions de l'UE sur la nécessité de respecter le droit international et le soutien à la solution des deux États, avec Jérusalem comme future capitale pour les deux États, seul moyen de garantir une paix et une stabilité durables dans la région", a expliqué mardi Peter Stano, porte-parole de Josep Borrell.

"Nous répétons la position de l'UE agréée par tous les Etats membres. Nous ne sommes pas à la fin d'un processus. Un nouveau gouvernement israélien a été formé. L'UE est prête a travailler de manière constructive avec lui", a-t-il insisté. "Nous ne parlons pas de sanctions. Nous nous mettons en situation de prévention. Ce texte n'est pas agressif", avait affirmé ce week-end à l'AFP Jean Asselborn.

"Si Israël passe aux actes et annexe la vallée du Jourdain en Cisjordanie, je ne vois pas de différence avec ce que la Russie a fait avec la Crimée" en 2014, avait toutefois fait valoir le ministre luxembourgeois. "Mais je ne veux pas parler de sanctions en ce moment (...) nous avons deux mois devant nous, jusqu'au 15 juillet, pour convaincre Israël de renoncer à ce projet", avait-il affirmé.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a estimé dimanche qu'il "était temps" pour Israël "d'appliquer sa loi" sur des pans de la Cisjordanie. Israël projette l'annexion des plus de 130 colonies juives en Cisjordanie occupée et de la vallée du Jourdain, langue de terre s'étirant entre le lac de Tibériade et la mer Morte, qui serait intégrée à sa frontière orientale avec la Jordanie.


L'Union européenne (UE) a demandé mardi au nouveau gouvernement israélien de renoncer aux projets d'annexion en Cisjordanie et a rappelé à l'Etat hébreu la nécessité de respecter le droit international, dans une déclaration approuvée par 25 des 27 Etats membres.

"Nous demandons instamment à Israël de s'abstenir de toute décision unilatérale qui conduirait à l'annexion de...