Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Coronavirus au Liban

Diab menace d'une nouvelle fermeture totale du pays si le relâchement se poursuit

Le gouvernement libanais, réuni en Conseil des ministres, le 19 mai 2020 au palais de Baabda. Photo Twitter/Présidence de la République libanaise

Le Premier ministre libanais, Hassane Diab, a menacé mardi d'ordonner une nouvelle fermeture totale du pays si le relâchement au sein de la population continuait face à la propagation de la pandémie du coronavirus qui a connu ces derniers jours une recrudescence de contaminations sur le territoire. "J'appelle les Libanais à ne pas prendre à la légère le coronavirus et à suivre les mesures de protection. Je demande aussi aux forces de l'ordre de renforcer l'application des consignes, à défaut de quoi, nous serons face à un grand problème. Si le relâchement se poursuit, nous allons refermer le pays totalement et imposer des mesures inédites afin d'éviter un dérapage de la situation", a affirmé le chef du gouvernement, au début du Conseil des ministres qui se tient au palais présidentiel de Baabda, sous la houlette du chef de l'Etat, Michel Aoun.

Le gouvernement libanais avait imposé la semaine dernière un reconfinement total de quatre jours (de mercredi soir à lundi matin) en raison d'une reprise du nombre de contaminations au nouveau coronavirus après l'assouplissement des restrictions. Cette mesure a été par la suite levée et le pays a recommencé à rouvrir conformément au plan de déconfinement progressif.

Dans ce contexte, le président Aoun a convoqué une réunion du Conseil supérieur de la défense après la séance gouvernementale, afin de se pencher sur la question de la mobilisation générale en vigueur depuis le 15 mars. Selon notre correspondante Hoda Chedid, celle-ci devrait être prolongée pour deux semaines supplémentaires, jusqu'au 8 juin, à l'issue du Conseil des ministres qui doit se tenir jeudi. Cette nouvelle prolongation est prévue, surtout que la dernière phase du plan de déconfinement progressif adopté, par le cabinet le 24 avril, ne commence pas avant le 8 juin.

Sur un autre plan, le président Aoun s'est concentré en début du Conseil des ministres sur "l'importance des enquêtes judiciaires lancées dans le cadre de la lutte contre la corruption et a insisté sur l'aboutissement de ces enquêtes dans tous les dossiers qu'elles abordent, surtout que l'opinion publique suit de près ce qu'il se passe et s'attend à des approches décisives à ce niveau". 

Le gouvernement planche sur un ordre du jour de 16 points, ainsi que sur d'autres dossiers "urgents", selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Parmi les sujets abordés, un exposé du ministère de l'Energie concernant un memorandum transmis le 11 mai par la compagnie publique algérienne Sonatrach, une proposition de loi portant sur le recouvrement des taxes sur les tabacs et tombacs importés, une demande du ministère de l'Education concernant l'entrée en activité des enseignants contractuels durant l'année scolaire 2019-2020 avant la validation de leurs contrats, un exposé du Conseil du développement et de la reconstruction en lien avec le centre de tri et de traitement de Ghosta pour le tri des déchets solides ménagers et les financements requis pour cela, et enfin, l'étude de plusieurs accords avec des Etats et l'acceptation de dons.


Le Premier ministre libanais, Hassane Diab, a menacé mardi d'ordonner une nouvelle fermeture totale du pays si le relâchement au sein de la population continuait face à la propagation de la pandémie du coronavirus qui a connu ces derniers jours une recrudescence de contaminations sur le territoire. "J'appelle les Libanais à ne pas prendre à la légère le coronavirus et à suivre les...