Rechercher
Rechercher

Liban

Coronavirus : un couvre-feu à nouveau instauré entre 19h et 5h du matin

Le ministre libanais de l'Intérieur, Mohammad Fahmi. Photo Ani

Le ministre libanais de l'Intérieur, Mohammad Fahmi, a annoncé dimanche la réinstauration d'un couvre-feu entre 19 heures et cinq heures du matin "en raison du non-respect par de nombreux citoyens des mesures de prévention sanitaire" pour enrayer la propagation du coronavirus dans le pays qui connaît un certain regain depuis quelques jours.

"Si les citoyens ne respectent pas les mesures de distanciation sociale et d'utilisation de masques, cela mènera à une fermeture totale des administrations publiques, des entreprises et des sociétés commerciales, à l'exception du secteur médical et sanitaire et des forces armées, et à une interdiction pour les citoyens de sortir dans les rues", a averti le ministère dans la journée.

Depuis plusieurs jours, le couvre-feu était fixé à 21h, bars et restaurants avaient en outre commencé à rouvrir en respectant un certains nombres de règles. Mais ces derniers jours, le nombre de cas de contaminations parmi les rapatriés, ainsi que le nombre de cas locaux, ne cesse de grimper, faisant craindre que les efforts fournis depuis début mars ne soient réduits à néant.

Le gouvernement a décidé, le 5 mai, de prolonger jusqu'au 24 mai la mobilisation générale qui devait prendre fin le 10 mai, conformément à une recommandation du Conseil supérieur de défense. Et ce parallèlement au plan de déconfinement progressif avalisé il y a deux semaines. Les règles de distanciation sont toutefois suivies avec de moins en moins de rigueur dans plusieurs endroits du pays, où l'on observe un certain relâchement.


Le ministre libanais de l'Intérieur, Mohammad Fahmi, a annoncé dimanche la réinstauration d'un couvre-feu entre 19 heures et cinq heures du matin "en raison du non-respect par de nombreux citoyens des mesures de prévention sanitaire" pour enrayer la propagation du coronavirus dans le pays qui connaît un certain regain depuis quelques jours.

"Si les citoyens ne respectent pas les...