Rechercher
Rechercher

Liban - rÉgions

Attaques à l’explosif contre deux établissements bancaires à Saïda et Tyr

Les forces de sécurité déployées à l’entrée de la Fransabank, à Tyr, dans la nuit de samedi à dimanche, après le jet de cocktails Molotov contre l’établissement. Mahmoud Zayyat/AFP

Deux établissements bancaires ont été visés par des attaques à l’explosif à Tyr et à Saïda dans la nuit de samedi à dimanche, alors que le couvre-feu était en vigueur, ne provoquant que des dégâts matériels.

Aux dernières heures de la nuit de samedi à dimanche, des inconnus ont lancé trois cocktails Molotov contre la façade de la branche du Crédit libanais à Tyr, avant de prendre la fuite. La façade en verre de l’établissement a été dévastée. Les services de renseignements de l’armée libanaise et les Forces de sécurité intérieure se sont rendu sur les lieux et une enquête a été ouverte.

Samedi soir, c’est un engin explosif qui a été lancé contre la façade de la branche de la Fransabank située dans le centre-ville de Saïda, provoquant là aussi des dégâts matériels. La façade de la banque a été brisée et le faux-plafond surplombant le distributeur automatique de billets s’est effondré à cause de la déflagration. Selon notre correspondant sur place, Mountasser Abdallah, la bombe a été lancée par des inconnus qui sont passés en voiture devant l’établissement.

Dans un communiqué circulant sur les réseaux sociaux, un groupe inconnu se faisant appeler le « Tribunal de la révolution armée » a revendiqué ces attaques. Il a également menacé les banquiers et leurs familles, des graffitis « Vous êtes en danger » ayant été écrits sur la façade de plusieurs banques à Saïda.

Plusieurs groupes du soulèvement du 17 octobre, dont celui des « Jeunes de la banque » qui manifeste régulièrement devant la banque centrale, ont affirmé dans des communiqués publiés hier que ce groupuscule inconnu n’était en aucun cas lié au mouvement de contestation.

Les attaques contre les banques sont survenues alors que le Premier ministre Hassane Diab s’en est violemment pris vendredi au gouverneur de la banque centrale Riad Salamé, en évoquant en Conseil des ministres la possibilité de sa destitution.

La colère contre les banques, qui interdisent désormais les retraits en dollars, est également attisée par la dégringolade continue de la livre libanaise face au dollar sur le marché parallèle. En fin de semaine dernière, le dollar se négociait autour de 4 000 livres dans les bureaux de change.


Deux établissements bancaires ont été visés par des attaques à l’explosif à Tyr et à Saïda dans la nuit de samedi à dimanche, alors que le couvre-feu était en vigueur, ne provoquant que des dégâts matériels.Aux dernières heures de la nuit de samedi à dimanche, des inconnus ont lancé trois cocktails Molotov contre la façade de la branche du Crédit libanais à Tyr, avant de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut