par Ronald BARAKAT

Nos anges gardiens

Vous nos anges gardiens,

Corps médical qui veille,

Ô serviteurs du Bien,

Le monde s’émerveille !

Il voit vos dévouements

Et il suit vos batailles

En ces sombres moments

Où l’enjeu est de taille !

Vous êtes au chevet

Du globe ! Qui respire

Par vous, qui arrivez

À l’extirper du pire !

Nous comptons tous sur vous

Au détour de l’histoire

Qui mène au rendez-vous

Final, de la victoire !


Vous nos anges gardiens,

Vous nous faites envie :

Vous renouez les liens

Et vous sauvez des vies !

Vous nos anges, nos « sains »,

Votre soin nous protège

Du mal, au vil dessein ;

Vous brisez son cortège !

Vous broyez les tourments

Et la besogne ingrate

Armés de ce serment

Remis par Hippocrate.


Quand la vie ralentit

Vous êtes sur la brèche ;

Vers les grands et petits

Votre cœur se dépêche.


Pacifiques guerriers

Et défonceurs d’obstacles ;

Sans vous faire prier

Vous faites des miracles !

Vous partez tous au front

D’un pas ferme et paisible ;

Unis, vous faites front

À la bête invisible.


De votre Corps entier

Vous donnez, à cette heure,

Des martyrs du métier

Dont le grand cœur demeure.


Par votre contagion

De force et de courage

Vous faites des légions

De forts dans l’entourage.

Vous les aides-soignants,

Médecins, infirmières…

Nous sortirons gagnants

Par vos bontés premières ;


Vous êtes nos sauveurs,

Les tueurs de nos peines ;

Vous donnez sa saveur

À la conscience humaine.


Vous posez sur le mal

Votre chère alchimie,

Sur le lit d’hôpital

Une caresse amie.


Sur ce fléau viral

Devenu pandémie

Vous soufflez le mistral

Vivifiant de la vie !

Soldats de la santé,

Vous êtes les apôtres

De notre humanité !

Et nous devenons vôtres !


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour.


Vous nos anges gardiens,

Corps médical qui veille,

Ô serviteurs du Bien,

Le monde s’émerveille !

Il voit vos dévouements

Et il suit vos batailles

En ces sombres moments

Où l’enjeu est de taille !

Vous êtes au chevet

Du globe ! Qui respire

Par vous, qui arrivez

À l’extirper du pire !

...

commentaires (0)

Commentaires (0)