Rechercher
Rechercher

En toute liberté

Pour ne plus tourner en rond dans l’histoire

Nous avons payé très cher les souffrances que nous nous sommes infligées les uns aux autres, durant la guerre civile, sans que quiconque ne les regrette, sinon du bout des lèvres. Nous l’avons payé physiquement par nos morts, nos blessés, nos handicapés, nos disparus ; nous l’avons payé moralement par des traumatismes dont certains ne se sont jamais remis ; nous l’avons payé économiquement par le vieillissement de nos infrastructures ; géopolitiquement par la perte de notre place financière et de notre rôle de plaque tournante ; nous l’avons payé en régressant sur la voie du parcours qui va des communautés à la nation et par le sentiment diffus et la honte que chacun de nous ressent parfois, notamment en présence d’amis étrangers, à n’être qu’un pays inachevé, un pays-satellite incapable d’écrire sa propre histoire, un pays demeuré au stade infantile répétant les gestes de sa propre servitude, à jamais ballotté entre individualisme et anarchie, souplesse et mollesse, noblesse et veulerie marchande.

Nous le payons une fois de plus, aujourd’hui, en laissant passer la chance d’affronter nos mémoires endolories et d’en faire raison.

Nous ne savons pas beaucoup ce qu’est venu faire au Liban Amer Fakhoury en septembre dernier. On a dit qu’il était venu voir de la famille et vendre des propriétés. Nous n’avons pas cherché à en savoir plus, tellement nous étions heureux de l’arrestation d’un homme qu’on dit avoir été le geôlier en chef de la prison de l’Armée du Liban-Sud à Khiam à partir de 1985. Une véritable aubaine, cet homme aux mains tachées de sang libanais, que notre tortueuse loi d’amnistie de 1991 nous a miraculeusement laissé comme proie potentielle, ses crimes ayant été commis pour le compte d’Israël, un ennemi dont l’imam Moussa Sadr a jugé une fois pour toutes qu’il était le « mal absolu ». Jugé par contumace en 1996, mais désormais citoyen américain et propriétaire de restaurant dans le New Hampshire, il était revenu plus de 20 ans plus tard au pays, estimant que sa peine est désormais couverte par la prescription longue de 20 ans.

Et voilà qu’à notre nez et à notre barbe, malgré une décision d’interdiction de voyage prise in extremis après sa relaxe, l’homme est exfiltré vers Chypre par un hélicoptère américain. Par ce geste, les États-Unis semblent endosser son passé douteux, indifférents à la mémoire de ceux qui affirment avoir été torturés par lui et avoir été témoins des vies qu’il a brisées. Et nous savons d’expérience, par nos histoires de salon glanées au fil des années, quelles brutes sans cœur nous avons été les uns pour les autres, durant les années de conflit. Toutes les milices sans exception le savent, même celles qui ont muté, et toutes savent quels déchirements et quels remords de conscience leurs conduites ont laissés dans le tissu social.

Voilà ce dont les États-Unis paraissent se moquer, en décidant de préférer un homme à une nation. Certains ont parlé, côté libanais, de raison d’État. C’est en son nom que le magistrat qui l’a rendu à la liberté a prononcé son jugement ; en son nom que les avocats politiques de sa remise en liberté ont exercé leurs pressions inhabituelles. Mais ce n’est certainement pas au Hezbollah de prendre en main cette cause comme si elle était exclusivement la sienne, et de demander des comptes à ceux qui ont rendu possible cette exfiltration. C’est le Liban profond, le Liban du 17 octobre et lui seul qui a le droit aujourd’hui de s’indigner de l’occasion dont on le prive, une fois de plus, de regarder en face sa guerre et son passé. Une fois de plus, on brouille notre mémoire, on la voile, pour nous empêcher d’accéder au rang de nation. Une fois de plus, le coupable s’en tire à bon compte et la victime se voit dénier par l’État, et son bras de justice, ne serait-ce que la réparation morale de se savoir reconnue. Une fois de plus, comme avec le dossier des disparus, la vérité et l’erreur sont tissées de telle sorte que l’on ne sait plus, en tant que nation, ce qui est arrivé au juste ; une fois de plus, les faits sont escamotés, de sorte que nous continuerons à patauger dans le magma de folklore et de vantardise qui nous sert d’identité.

Le procès de Amer Fakhoury doit se poursuivre en son absence. Il faut en avoir le cœur net. Certes, il a été déjà jugé et condamné, bien que de nouvelles charges soient portées contre lui. Et ce n’est certainement pas à ses accusateurs de le dire, mais à ceux qui, au nom du peuple libanais, sont chargés de le faire.Une fois les faits établis, ce n’est pas aux victimes seulement mais à tous les Libanais qu’on aura rendu justice. Les historiens pourront alors disposer de cette pièce du puzzle de notre mémoire nationale et la mettre à sa place. Il en manquera toujours pour compléter le tableau, mais au moins l’on saura dans ses grandes lignes ce qui s’est vraiment passé à Khiam durant les 18 années (1982-2000) d’occupation israélienne de la bande frontalière, et peut-être que tout le monde comprendra un peu mieux quoi faire pour ne plus tourner en rond dans notre histoire.



Nous avons payé très cher les souffrances que nous nous sommes infligées les uns aux autres, durant la guerre civile, sans que quiconque ne les regrette, sinon du bout des lèvres. Nous l’avons payé physiquement par nos morts, nos blessés, nos handicapés, nos disparus ; nous l’avons payé moralement par des traumatismes dont certains ne se sont jamais remis ; nous l’avons payé...

commentaires (7)

Moi je trouve qu’on devrait aussi condamner l’Iran qui a collaboré avec Israel exactement à la même époque que Fakhoury, en achetant leurs armes à Israel pour les utiliser dans leur conflit contre l’Iraq. Logique?

Gros Gnon

20 h 59, le 24 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Moi je trouve qu’on devrait aussi condamner l’Iran qui a collaboré avec Israel exactement à la même époque que Fakhoury, en achetant leurs armes à Israel pour les utiliser dans leur conflit contre l’Iraq. Logique?

    Gros Gnon

    20 h 59, le 24 mars 2020

  • Ce n'est plus la peine de parler de ces gens-là aujourd'hui, la plupart sont au pouvoir et cravatés comme il se doit. Ce que je souhaite savoir : Antoine Hayek, un Libanais comme tout un chacun, a été assassiné il y a trois jours à Miyé w Miyé. Qui l'a tué et par ordre de qui ?

    Honneur et Patrie

    19 h 17, le 24 mars 2020

  • Pour une fois, Mr Noun, pas d’accord avec vous! Vous retournez à cette horrible guerre civile d’il y’a trente ans et pensez que cet épisode de Amer Fakhoury aura fait justice à nos mémoires endolories si poursuivi? Quant on pense que cette guerre avait fini en queue de poisson, soit-disant pas de vainqueur ni de vaincu, après Taef, tous les chefs de milices s’amnistiant mutuellement et reprenant leurs rôles de leaders confessionnels.... D’un seul coup, on n’en parle plus, on remet en place un chantier de reconstruction et la vie reprenait comme si de rien n’était! A-t-on jamais recensé le nombre exact de tués, de blessés et de handicapés de cette guerre, a-t-on jamais parlé de réconciliation nationale? Et ne pensez-vous pas que notre situation économique et sociale actuelle n’est autre que la conséquence de 30 ans de discorde et de partage communautaire, issus de la guerre, amenant la corruption à un niveau inégalé et la faillite d’un état jamais reconstruit? Et vous nous parlez de cet épisode isolé d’un individu (parmi des milliers d’autres) à qui on avait garanti l’impunité à haut niveau chrétien, pris dans la trappe, et qui devait expier pour tous les autres? Non, soyons logiques: les meurtriers, criminels de guerre, les tueurs sur carte d’identité, les assassins de politiciens et tant d’autres sont toujours parmi nous et, de plus à des positions de leaders....

    Saliba Nouhad

    14 h 12, le 24 mars 2020

  • MAGNIFIQUE DECRYPTAGE( SI J'OSE EMPRUNTER LE TERME ) L'ESSENTIEL, LA VERITE PURE, DURE ET INALTÉRABLE SONT RESUMES CI-APRES: :""Une fois de plus, le coupable s’en tire à bon compte et la victime se voit dénier par l’État, et son bras de justice, ne serait-ce que la réparation morale de se savoir reconnue. Une fois de plus, comme avec le dossier des disparus, la vérité et l’erreur sont tissées de telle sorte que l’on ne sait plus, en tant que nation, ce qui est arrivé au juste ; une fois de plus, les faits sont escamotés, de sorte que nous continuerons à patauger dans le magma de folklore et de vantardise qui nous sert d’identité""

    gaby sioufi

    12 h 33, le 24 mars 2020

  • Tout ça est très beau. Le pays, la justice etc... Mais ça devient ridicule de demander justice pour des faits commis depuis 20 ans alors que d’autres crimes et assassinats plus récents ont eu lieu sur notre sol libanais et dont on connaît les commanditaires restent impunis sans parler des disparitions qui jusqu’à présent restent un détail pour beaucoup alors que des mères, épouses et enfants réclament l’ouverture d’une enquête mais reste lettre morte. Elle a bon dos la justice quand cela arrange certains. Nous sommes tous d’accord pour que tous les assassins soient jugés. Mais alors tous, sans exception aucune. Alors sont ils prêts à ouvrir la boîte de Pandore. C’est peut être l’une des raisons pour laquelle on a accepté de libérer un traitre. Malheureusement tous les autres sont toujours sur notre sol libanais et continuent d’agir comme s’ils étaient les plus vertueux et réclament justice. Le ridicule ne tue pas mais nous rend malade à en vomir.

    Sissi zayyat

    11 h 52, le 24 mars 2020

  • ALORS ETRE AVEC ISRAEL EN 1982 ALORS QUE LES PALESTINIENS ETAIENT SUR LE POINT DE PRENDRE JOUNIEH ET DE MASSACRER LES CHRETIENS EST UNE TRAHISON DU LIBAN? L'ARMEE DU LIBAN SUD A CERTES COMMIS DES EXACTIONS CONTRE D'AUTRES LIBANAIS ET L'AMNISTIE A ETE FAITE POUR NE PAS AVOIR A JUGER TOUS LES CRIMES COMMIS PAR LES LIBANAIS DANS LEUR ENSEMBLE AVOIR TUE SUR BASE DE LA RELIGION PENDANT 7 ANS DES CENTAINES DE PERSONNES DES DEUX COTES EST AMINISTIE MAIS AVOIR MIS EN PRISON CERTINES PERSONNES ET PROBABLEMENT TUE CERTAINS AUSSI EST CONDAMNABLE LA VERITE SOIT TOUT LE MONDE EST PARDONNE OU PERSONNE CETTE OBSCURE IDEE QUE LES LIBANAIS QUI ONT DEMANDE L'AIDE D'ISRAEL EST UNE TRAHISON EST UNE IDEE FAUSSE ET VOUS SAVEZ POURQUOI FAKHOURI EST VENU AU LIBAN DE LUI MEME ALORS QU'IL ETAIT RECU AVEC TOUS LES HONNEURS PAR L'AMBASSADEUR DU LIBAN A WASHINGTON. L'ASSASSINAT IL YA QUELQUE JOURS D'UN ASSSITANT A LUI QUI AVAIT PURGE SA PEINE ET ETAIT RESTE DEPUIS 2003 DANS SA REGION M'ORRIPULE PLUS QUE LE DEPART DE FAKHOURI MAIS IL SEMBLE QUE L'ASSASSINAT DE CERTAINES PERSONNES DANS CERTAINS LIEUX NE TOUCHE PAS LES LIBANAIS PAUVRE LIBAN

    LA VERITE

    11 h 32, le 24 mars 2020

  • Les Etats-Unis ne sont pas nos amis ! Ne leur fisons pas confiance ! Ils ne sont jamais fiables ! Ils ne pensent qu'à l'interêt d'Israel dans leur politique étragère biaisée .

    Chucri Abboud

    02 h 13, le 24 mars 2020