Rechercher
Rechercher

Décryptage

À Sarakeb (Idleb), le rôle du Hezbollah... et celui de Abbas Ibrahim

À l’heure où une rencontre au sommet se tient à Moscou entre le président russe et son homologue turc, la région d’Idleb est encore sous le coup de ce qui s’est passé dans la localité stratégique de Sarakeb. Il faut préciser que cette localité est un carrefour où se croisent l’autoroute M5 et M4, la première reliant la Jordanie à Alep et traverse donc la Syrie du Nord au Sud, alors que la seconde relie Lattaquié à la frontière irakienne et traverse la Syrie d’Est en Ouest. Revenue sous le contrôle de l’armée syrienne et de ses alliés, cette localité a soudain été reprise par l’armée turque et ses alliés avant de changer une fois de plus de contrôle, à la suite de combats qui ont duré toute une nuit entre les soldats turcs et les combattants de l’unité « al-Radouane », le commando d’élite du Hezbollah.

Tant selon leurs alliés que leurs ennemis, ces combattants ont agi avec une bravoure et un savoir-faire inhabituels qui leur ont d’ailleurs permis de reprendre le contrôle de Sarakeb avant de céder la place aux soldats syriens. C’était d’ailleurs la première confrontation directe entre l’armée turque et le Hezbollah, qui jusqu’à présent avait toujours pris soin d’éviter de se lancer dans des polémiques sur le terrain syrien à travers les médias. Selon des sources concordantes du terrain, la confrontation entre les soldats turcs et les combattants du parti chiite a été causée par un concours de circonstances, sans être le résultat d’une décision politique. C’est ainsi que lors de leur progression dans le rif d’Idleb, les soldats syriens ont été surpris par l’effondrement plus rapide que prévu des combattants qui leur faisaient face dans la région. Ils ont donc avancé rapidement, dépassant les limites fixées par leur commandement militaire. Celui-ci les a donc rappelés à l’ordre et ils se sont retirés. Par contre, les combattants du Hezbollah ont refusé de quitter les lieux fraîchement conquis, en se basant sur le principe militaire qui stipule qu’on ne se retire pas des lieux dont on a pris le contrôle. L’armée turque a aussitôt réagi, lançant une offensive pour stopper l’avancée de l’armée syrienne et de ses alliés, et même pour reprendre Sarakeb. Les combattants du Hezbollah étaient donc seuls sur place et ils ont subi l’attaque turque. Un bombardement turc sur une de leurs positions a ainsi fait près d’une dizaine de morts et de nombreux blessés parmi eux.

Il faut préciser qu’à ce moment-là, le directeur de la Sûreté générale Abbas Ibrahim se trouvait en Turquie, en réponse à une invitation qui lui avait été adressée précédemment par son homologue turc. Le général Ibrahim a en effet noué depuis des années de solides relations avec le chef des SR turcs, le général Fidan Haqqan. Il avait même joué un rôle dans la rencontre qui avait eu lieu entre ce dernier et le général syrien Ali Mamelouk, en janvier dernier, qui n’avait toutefois pas donné de grands résultats.

Après l’offensive turque sur Sarakeb, qui a fait des victimes dans les rangs des combattants du Hezbollah, les interlocuteurs turcs du général Ibrahim se sont empressés de lui dire qu’ils ne veulent absolument pas d’une confrontation avec le parti chiite, ni d’ailleurs avec l’Iran, demandant au chef de la Sûreté générale de transmettre ce message aux parties concernées et, par conséquent, de pousser vers le calme. Le général Ibrahim est rentré au Liban et il a transmis le message turc à ses destinataires.

Mais pour le Hezbollah, ainsi que pour l’armée syrienne, l’enjeu était trop important pour clore rapidement ce dossier. Ils ont donc décidé de reprendre l’initiative. Le Hezbollah a envoyé sur place des renforts et une contre-offensive a été lancée de nuit pour reprendre le contrôle de Sarakeb. Les combattants chiites ont avancé par le Nord, alors que les soldats syriens avaient choisi de s’approcher par le Sud. C’était aussi la première fois depuis qu’il a commencé à se battre que le Hezbollah lançait une offensive de nuit, en surgissant de toutes parts face à l’ennemi et en réussissant à neutraliser son système d’alerte ainsi que ses drones, qui constituent le point fort de ses attaques, avec le soutien de la défense antiaérienne et de la puissance de feu syriennes. La bataille a duré toute la nuit et elle s’est achevée par la reprise spectaculaire du contrôle de la ville par les combattants du Hezbollah et l’armée syrienne.

Même la presse israélienne en a parlé, en soulignant le fait que la technique militaire des miliciens du parti chiite s’est améliorée de façon impressionnante. C’était ainsi la première fois qu’ils menaient une offensive de nuit de cette ampleur, pour occuper une localité dans une région qui n’est pas la leur. Ce qui, toujours selon la presse israélienne, devrait donner un aperçu de ce que pourrait être la prochaine confrontation dans le nord de la Galilée, comme l’avait laissé entendre le secrétaire général du parti Hassan Nasrallah, dans un de ses discours. D’ailleurs, sitôt après cette bataille, les Turcs ont une fois de plus contacté le directeur de la Sûreté générale pour préparer de nouveaux entretiens après les derniers développements sur le terrain, car depuis des années il a montré qu’il était une personne digne de confiance et un canal de contact sûr. Mais pour l’instant, la priorité est aux discussions qui se sont déroulées à Moscou, hier, entre le président russe et son homologue turc.


À l’heure où une rencontre au sommet se tient à Moscou entre le président russe et son homologue turc, la région d’Idleb est encore sous le coup de ce qui s’est passé dans la localité stratégique de Sarakeb. Il faut préciser que cette localité est un carrefour où se croisent l’autoroute M5 et M4, la première reliant la Jordanie à Alep et traverse donc la Syrie du Nord au...

commentaires (17)

Il aurait fallu ne pas aller en syrie se battre et remettre leurs armes à l'armée libanaise pour combattre les envahisseurs armés palestino-arabo-intégristo-daechistes. Maintenant qu'ils sont partis? Qu'ils y restent jusqu'à la fin de leur vie. le liban n'a pas besoin de barbus intégristes islamistes d'obédience étrangère. Y a déjà une classe politique à nettoyer, un pays à remettre sur pied et des libanais qui demandent la paix avec le monde entier. Pas besoin de ces va t en guerre .

RadioSatellite.co

00 h 24, le 08 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Il aurait fallu ne pas aller en syrie se battre et remettre leurs armes à l'armée libanaise pour combattre les envahisseurs armés palestino-arabo-intégristo-daechistes. Maintenant qu'ils sont partis? Qu'ils y restent jusqu'à la fin de leur vie. le liban n'a pas besoin de barbus intégristes islamistes d'obédience étrangère. Y a déjà une classe politique à nettoyer, un pays à remettre sur pied et des libanais qui demandent la paix avec le monde entier. Pas besoin de ces va t en guerre .

    RadioSatellite.co

    00 h 24, le 08 mars 2020

  • Au Liban nous avons Corona mais il a trouvé déjà sur place .....E bola .....!

    PHENICIA

    21 h 18, le 06 mars 2020

  • Mais qu'est-ce qu'ils fichent la bas???? Se battre contre les turcs maintenant.... C'est quoi la justification? La Turquie est un ennemi du Liban? La route de Jerusalem passe par Ankara?

    Bashir Karim

    19 h 24, le 06 mars 2020

  • Rizzallah quand on célébrait la bravoure et les sacrifices de l'armée libanaise contre Israël, à Arkoub par exemple, et les résistants Libanais contre Israël et puis contre Al saiika et autres mercenaires de tout bord et bien sûr contre les syriens.. tout était pour la défense du Liban... On en est bien loin...Syrie, Irak, Yémen, et autres, à se battre et mourir pour des chimères et les aspirations d'autres nations... On est devenu des mercenaires malgré nous, malgré notre patrie et malgré nos intérêts! Yallah il fait bon de croire au Père Noël...

    Wlek Sanferlou

    16 h 51, le 06 mars 2020

  • UNE RÉPONSE SIMPLE , LE LIBAN N'A PAS BESOIN DE YÉMÉNITES, TURCS SYRIENS ET AUTRES ETC.... POUR LE DÉFENDRE, LE HEZB LIBANAIS RÉSISTANT N'EN A PAS BESOIN , LA RÉSISTANCE DÉFEND LE LIBAN TOUT SEUL ET À MERVEILLE .

    FRIK-A-FRAK

    16 h 03, le 06 mars 2020

  • Tant que la bravoure libanaise est utilisée pour défendre le Liban, pas de problème !!! Une question: est-ce que les Turcs, Syriens, Yéménites et autres sont déjà venus mourir pour défendre le Liban des nombreux envahisseurs qui sévissent dans nos régions...??? Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 46, le 06 mars 2020

  • Le turc envoie les syriens-sans-une-piastre en libye pour faire sa guerre et l'iranien envoie les libanais-sans-espoir en Syrie faire sa guerre!!! Syrie, Palestine et Liban étaient les fleurons de l'intellect arabe il y a des dizaines d'années sont réduits aujourd'hui à se vendre au mieux disant pour survivre!! Sincères condoléances...

    Wlek Sanferlou

    13 h 55, le 06 mars 2020

  • C'est un peu normal que quand on fait ma guerre on compte des morts , et c'est regrettable . On avait eu un article qui parlait d'un combattant du hezb qui pleurait (soit disant) Fatme EL Zahra, et en voilà un autre qui , je pense selon mes critères, nous parle de la bravoure de nos boys, vous savez ceux qui ont empeche nosra , qaida jeich ceci cela de nous envahir et de faire de nous des kurdes ou des yazidites. Chacun verra le verre à moitié plein, pour moi ces combattants écrivent l'histoire plutôt qu'ils ne la subissent . Scarlett je vous adore , vous n'avez pas choisi la facilité dans votre engagement POUR LA VÉRITÉ.

    FRIK-A-FRAK

    13 h 45, le 06 mars 2020

  • je vais dire la vérité, je n'est pas lu et je ne vais pas lire l'article de Madame Scarlett Haddad. j'ai seulement lu les critiques. Sincèrement je n'est pas du envie de lire de la propagande pro Hezbollah et un décryptage objectif qui déforme la vérité. Mais en me basant sur le titre «À Sarakeb (Idleb), le rôle du Hezbollah…». Qu'il est eu victoire grâce au hezbollah, cela n'a pas d'importance, pour moi, il a eu une défaite plusieurs jeunes libanais ont perdu leur vie gratuitement pour le compte d'un pays étranger. Au lieu que ces jeunes libanais «abadayat», reste au pays et protège les frontières du Liban. Nous sommes des libanais et non pas des mercenaires à la solde de l'empire perse ou autres états.

    ANTOINE

    13 h 31, le 06 mars 2020

  • Décryptage de quoi?? C'est juste un plaidoyer ou un porte parole du parti intégriste islamiste qui revient chaque semaine avec son même refrain. Aujourd'hui, c'est "la bravoure" d'une milice libanaise d'obédience iranienne qui combat dans un pays étranger. Il est où le décryptage... Soyons sérieux. Ok j'espère que ce message passera en commentaire ;) ( il est plus soft non? ) :)

    RadioSatellite.co

    12 h 51, le 06 mars 2020

  • Une dizaine de morts et de nombreux blessés libanais, pour un conflit qui ne concerne en rien le Liban. Mais...la gloire, pour le Hezbollah "résistant iranien" n'a pas de prix, l'argent est fourni par le guide suprême de Téhéran ! Pour le plus grand plaisir aussi des rêveurs et journalistes éblouis par l'héroïsme sans frontières de ce parti divin... Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 44, le 06 mars 2020

  • Magnifique victoire divine!!!!! Encore une qu’on nous impose et dont on paie le prix fort...... Est ce que les anges du ciel sont venus aider cette fois? Pauvre jeunesse, pauvre pays.

    Zeineh Nada

    12 h 43, le 06 mars 2020

  • à lire cet article,on dirait une narration d'un porte parole du Hezbollah. le rôle d'un éditorialiste est d'analyser la situation, et, d'en tirer les conclusions et d'analyser les conséquences de ces actes sur le plan intérieure et extérieur. ces conséquences disons le haut et fort sont l'isolement du Liban sur le plan international, l'absence de l'aide à l'armée pour quelle puisse étendre son autorité sur tout le territoire national, l'absence d'aide économique à cause des politiciens vereux, la solution évidente est que le parti chiite doit s'il est patriote comme il le clame est de restituer à l'état son arsenal militaire, et de se comporter comme tout parti politique. il en sortira grandi mais ca c'est de l'utopie.

    Élie Aoun

    11 h 16, le 06 mars 2020

  • NOTRE MAISON BRULE ET SE DETRUIT ET CERTAINS S,OCCUPENT DE DONNER MAIN FORTE AU TYRAN D,A COTE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 34, le 06 mars 2020

  • ce serait un miracle si un jour s hadad qui n'a de cesse de faire les eloges des boys que hassan nasrallah envoie se faire tuer a l'etranger , au service de l'etranger - des citoyens libanais purs sang- aurait jamais l'opportunite de louer les prouesses de ces memes jeunes libanais & de leur chef , prouesses mis au service du LIBAN cette fois-ci. quoique j'en pense je suis sur qu'elle aussi en serait enchantee !

    gaby sioufi

    09 h 33, le 06 mars 2020

  • Le talent de certains journalistes est admirable et l”’on se demande pourquoi faire du gratte papier quand on peut réussir à vendre des glaces à un esquimau

    PHENICIA

    07 h 36, le 06 mars 2020

  • JOLIE DESCRIPTION , ON SE CROIRAIT AU CINÉMA ! LE GRAND TURC MAMAMOUCHI NE SAIT DONC PLUS OÙ DONNER DE LA TÊTE , IL SUPPLIE NOTRE ABBAS D'INTERVENIR POUR CALMER LES HEZBISTES ET VA PLEURNICHER SUR LES ÉPAULES DE SAINT VLADIMIR QUI SAIT LE CONSOLER TOUT EN LUI DONNANT DES LEÇONS . RIDICULE CE SOUS-SULTAN ! IL A ENCORE PERDU !

    Chucri Abboud

    02 h 50, le 06 mars 2020