Dernières Infos

Syrie: profil bas de la Russie à l'ONU après la mort d'une trentaine de militaires turcs

Photo d'illustration AFP

La Russie est "prête à oeuvrer à une désescalade avec tous ceux qui le souhaitent" dans la région d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, a déclaré vendredi au Conseil de sécurité l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia.

Un jour après avoir jugé que le Conseil de sécurité menait trop de réunions sur la Syrie, le diplomate a reconnu que "la situation s'était aggravée et fortement tendue" dans la région d'Idleb.

"Une délégation russe est actuellement à Ankara pour stabiliser la situation", a-t-il précisé, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité convoquée à la demande du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de l'Allemagne, de la France, de la Belgique, de l'Estonie et de la République dominicaine.

Au cours de la sixième réunion du Conseil de sécurité sur la Syrie depuis début février, Vassily Nebenzia a réaffirmé que Moscou "n'avait pas participé aux attaques" jeudi attribuées à Damas dans lesquelles 34 militaires turcs, selon Ankara, ont trouvé la mort.

"Les Turcs informent en permanence les Russes de leurs positions, qui sont transmises à l'armée syrienne pour garantir leur sécurité", a précisé l'ambassadeur russe. "Les coordonnées" des positions turques visées par des raids jeudi "n'avaient pas été données", a-t-il ajouté.

Face à la Russie, la grande majorité des membres du Conseil de sécurité, issus des continents américain, africain, asiatique ou européen, ont à nouveau réclamé un cessez-le-feu urgent, parfois en critiquant la Russie et en affirmant leur soutien à Ankara.

"L'escalade militaire à Idleb doit cesser et maintenant", ont ainsi affirmé les membres européens du Conseil de sécurité. "Ces attaques montrent que le régime syrien, assisté et soutenu politiquement par la Russie, continue sa stratégie militaire à n'importe quel prix, sans se préoccuper des conséquences de ses actions sur les civils", ont-ils ajouté.

"Nous demandons à la Russie de clouer au sol immédiatement ses avions de guerre et nous appellons toutes les forces syriennes et leurs soutiens russes à se retirer derrière les lignes de cessez-le-feu définies en 2018", a indiqué l'ambassadrice américaine à l'ONU, Kelly Craft.

En ouverture de la session, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait estimé que "le conflit avait changé de nature", en relevant "l'escalade très significative (survenue) ces derniers jours" dans la région d'Idleb.


La Russie est "prête à oeuvrer à une désescalade avec tous ceux qui le souhaitent" dans la région d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, a déclaré vendredi au Conseil de sécurité l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia.

Un jour après avoir jugé que le Conseil de sécurité menait trop de réunions sur la Syrie, le diplomate a...