Dernières Infos

Libye : Erdogan rencontre Sarraj après la reprise des pourparlers à Genève

Le chef du Gouvernement d'union nationale libyen reconnu par l'ONU, Fayez al-Sarraj, et le président turc Recep Tayyip Erdogan. Photo Reuters

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu jeudi à Istanbul avec Fayez al-Sarraj, chef du Gouvernement d'union nationale (GNA) libyen reconnu par l'ONU, après que la Turquie eut assuré que ses engagements en Libye étaient liés à un cessez-le-feu dans ce pays en proie à un conflit entre factions rivales.

La rencontre à huis-clos, qui ne figurait pas dans le programme officiel du président Erdogan, a eu lieu au palais de Dolmabahce datant de l'époque ottomane, a indiqué la présidence, sans fournir de détails. Auparavant, les pourparlers militaires indirects entre belligérants libyens visant à instaurer un cessez-le-feu ont repris à Genève sous l'égide de l'ONU.

La Turquie soutient le Gouvernement d'union nationale dirigé par M. Sarraj, avec lequel elle a signé en novembre 2019 des accords de coopération militaire, sécuritaire et maritime.

L'adversaire de M. Sarraj, l'homme fort de l'est libyen Khalifa Haftar, qui est soutenu par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, a lancé une offensive sur Tripoli en avril.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré jeudi à la télévision publique TRT Haber que les engagements de la Turquie en Libye étaient "liés au cessez-le-feu".

"Si le cessez-le-feu n'est pas maintenu, le transfert vers un processus politique est très difficile", a ajouté le ministre. "Le monde condamne, mais que fait-on pour stopper Haftar", a-t-il lancé.

Un cessez-le-feu a été conclu en janvier sous les auspices de la Russie, soutien du maréchal Haftar, et de la Turquie, alliée de M. Sarraj, mais la trêve a été violée.

Lors d'un sommet à Berlin en janvier, plusieurs pays dont la Russie, la Turquie, la France et l'Egypte sont convenus de mettre fin aux ingérences étrangères en Libye et de respecter un embargo sur les armes décrété par l'ONU.

Le gouvernement de Tripoli a mis fin à sa participation aux pourparlers cette semaine après des tirs de roquettes sur un port de la capitale, mais jeudi il est retourné à la table des négociations.


Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu jeudi à Istanbul avec Fayez al-Sarraj, chef du Gouvernement d'union nationale (GNA) libyen reconnu par l'ONU, après que la Turquie eut assuré que ses engagements en Libye étaient liés à un cessez-le-feu dans ce pays en proie à un conflit entre factions rivales.

La rencontre à huis-clos, qui ne figurait pas dans le...