Dernières Infos

L'Iran continue de chercher à livrer des armes aux houthis, selon le Pentagone

Des rebelles yéménites houthis à bord d'un pick-up, le 19 février 2020 à Sana. Photo REUTERS/Khaled Abdullah

L'Iran continue de livrer des armes sophistiquées aux houthis, en contradiction de ses obligations internationales, a affirmé mercredi le Pentagone après l'interception en moins de trois mois de deux cargaisons d'armes iraniennes destinées selon Washington aux rebelles yéménites.

La Force al-Qods, l'unité d'élite du régime iranien chargée des opérations extérieures, "a démontré avec consistance qu'elle tente de livrer des armes aux houthis au Yémen", a déclaré le commandant Bill Urban, porte-parole du commandement central de l'armée américaine (Centcom), en charge notamment de la région du Golfe.

Le commandant Urban a présenté au cours d'un point de presse au Pentagone des photos des armements saisis lors de deux interceptions de boutres circulant sans pavillon le 25 novembre et le 9 février dans la région du Golfe, assurant qu'ils provenaient d'Iran et qu'ils étaient destinés aux houthis.

Lors de la dernière saisie effectuée par le croiseur USS Normandy en mer d'Oman, l'US Navy a saisi 150 missiles anti-tanks "Dehlavieh", une version iranienne du missile russe Kornet et trois missiles sol-air connus sous l'appellation "358", une nouvelle arme développée par l'Iran.

L'USS Forrest Sherman avait saisi en novembre des missiles du même type, ainsi qu'un grand nombre de pièces détachées de missiles de croisière.

"Les Etats-Unis sont convaincus que les armes saisies (...) ont été fabriquées en Iran et étaient livrées clandestinement aux houthis au Yémen, contrevenant à de multiples résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU", a conclu le commandant Urban.

Il s'est abstenu de répondre aux questions sur la façon dont ces deux boutres, des petits bateaux qui circulent en grand nombre dans la région, avaient été repérés, ou sur l'endroit où ils auraient été chargés. L'équipage arrêté le 9 février était yéménite et a été livré aux garde-côtes du Yémen, a-t-il indiqué.

L'Iran a toujours démenti aider militairement les rebelles houthis qui combattent au Yémen le gouvernement réfugié dans le sud du pays. Ce gouvernement est soutenu par une coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite. Mais les Etats-Unis ont accusé Téhéran à plusieurs reprises de leur fournir des armes, notamment en 2017 lors d'une opération médiatique sur une base militaire de Washington. L'ONU avait conclu quelques semaines plus tard que l'Iran avait bien violé l'embargo de l'ONU sur les livraisons d'armes au Yémen.


L'Iran continue de livrer des armes sophistiquées aux houthis, en contradiction de ses obligations internationales, a affirmé mercredi le Pentagone après l'interception en moins de trois mois de deux cargaisons d'armes iraniennes destinées selon Washington aux rebelles yéménites.

La Force al-Qods, l'unité d'élite du régime iranien chargée des opérations extérieures, "a...