Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Venezuela: Washington sanctionne une filiale du groupe pétrolier russe Rosneft

Nicolas Maduro. AFP / Venezuelan Presidency / MARCELO GARCIA

Les Etats-Unis ont annoncé mardi des sanctions contre une filiale du groupe pétrolier russe Rosneft, très présent au Venezuela, dans une nouvelle mise en garde à Moscou, l'un des principaux soutiens du régime de Nicolas Maduro.

Les sanctions visent spécifiquement Rosneft Trading et son président Didier Casimiro. "Rosneft Trading (...) a fourni l'essentiel des ressources financières du régime Maduro, ces décisions devraient avoir un impact important", a dit un responsable américain sous couvert d'anonymat.

Ces mesures viennent allonger une longue liste de sanctions américaines, dont un embargo sur le pétrole vénézuélien depuis avril 2019 et un blocus financier qui empêche le gouvernement de renégocier la dette du Venezuela, égale à 140 milliards de dollars.

"Ceux qui soutiennent le régime corrompu et permettent la répression du peuple vénézuélien devront rendre des comptes", a averti dans un tweet le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

La diplomatie russe a de son côté dénoncé une nouvelle tentative de Washington de "soumettre le monde entier à sa volonté". Elle a aussi noté "un désir banal de créer des avantages pour les entreprises américaines qui ne résistent pas à une concurrence loyale avec les fabricants russes sur les marchés mondiaux".

"La politique de sanctions destructrice des Etats-Unis sape de plus en plus la liberté du commerce mondial, que les Américains assurent pourtant défendre, et accroît les tensions internationales", a ajouté la diplomatie russe dans un communiqué.

Les Etats-Unis soutiennent le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido, qu'ils ont reconnu président par intérim. L'objectif affiché de Donald Trump est d'accentuer la pression sur Nicolas Maduro et de contribuer à son éviction du pouvoir.

Grand pourfendeur de "l'impérialisme nord-américain", le successeur d'Hugo Chavez (1999-2013) martèle de son côté qu'il est "prêt pour la bagarre" et qu'il n'a aucunement l'intention de céder sa place.

A la tête du Venezuela depuis 2013, il a été réélu pour un second mandat en 2018 à l'issue d'un scrutin boycotté par l'opposition qui en a rejeté les résultats, comme une grande partie de la communauté internationale.

Il y a dix jours, l'émissaire des Etats-Unis pour le Venezuela, Elliott Abrams, avait adressé une nouvelle mise en garde à Moscou. "La Russie pourrait bientôt découvrir que son soutien continu à Maduro ne sera plus gratuit", avait-il déclaré.

La Russie, de son côté, est avec la Chine et Cuba l'un des principaux soutiens du socialiste Nicolas Maduro. Après Pékin, Moscou est le deuxième créancier de Caracas.

Selon un responsable américain s'exprimant sous couvert d'anonymat, les sanctions annoncées mardi auront un impact sur les activités de Rosneft Trading aux Etats-Unis mais aussi, par ricochet, dans le monde entier.

"La désignation de Rosneft Trading et de Didier Casimiro signifie que toute personne en dehors des Etats-Unis (faisant des transactions avec cette entité et son président) s'expose à des sanctions", a-t-il expliqué.


Les Etats-Unis ont annoncé mardi des sanctions contre une filiale du groupe pétrolier russe Rosneft, très présent au Venezuela, dans une nouvelle mise en garde à Moscou, l'un des principaux soutiens du régime de Nicolas Maduro. Les sanctions visent spécifiquement Rosneft Trading et son président Didier Casimiro. "Rosneft Trading (...) a fourni l'essentiel des ressources ...