X

Dernières Infos

Syrie : la mère d'un journaliste américain enlevé en 2012 en appelle à Trump

AFP
27/01/2020

La mère du journaliste américain Austin Tice, enlevé en Syrie il y a plus de sept ans, en a appelé lundi au président Donald Trump pour obtenir sa libération, accusant un responsable américain d'entraver les discussions avec Damas.

Lors d'une conférence de presse à Washington, Debra Tice a dit penser que le gouvernement syrien était disposé depuis 2014 à parler avec les autorités américaines du cas de son fils, mais que les Etats-Unis n'avaient pas vraiment saisi cette occasion.

"Il y a un haut responsable du gouvernement américain qui hésite ou bloque", a-t-elle déploré, refusant d'en dire davantage.

La mère de ce photojournaliste indépendant, qui travaillait pour le groupe McClatchy, le Washington Post, CBS, l'Agence France-Presse (AFP) et d'autres médias, a expliqué que durant l'une de ses visites en Syrie, en mars 2014, elle avait reçu un "message" du gouvernement de Damas affirmant qu'il n'envisagerait de discuter qu'avec "un responsable gouvernemental américain de rang approprié".

Elle a ajouté avoir insisté depuis lors auprès de Washington pour saisir cette offre de dialogue.

Debra Tice a aussi dit croire que Donald Trump voulait obtenir la libération d'Austin, et exhorté le président des Etats-Unis à débloquer la situation.

"Je ne comprends pas comment quelqu'un pourrait aller à l'encontre de la volonté du président et choisir de laisser tomber notre fils bien aimé, qui a risqué sa vie en servant son pays comme membre de la Marine", a-t-elle lancé.

Elle a ajouté espérer que le milliardaire républicain, qui a fait de la libération des otages ou "prisonniers politiques" américains une priorité, parlerait de son fils dans son discours annuel sur l'état de l'Union, le 4 février.

Peu d'informations ont été rendues publiques depuis son enlèvement le 14 août 2012 près de Damas, alors qu'il avait 31 ans.

L'administration américaine a encore estimé en août dernier qu'il était toujours vivant.

Debra Tice a redit lundi détenir des "informations crédibles" en ce sens, sans plus de précisions. Elle a aussi estimé que le gouvernement syrien restait "le mieux placé pour obtenir sa libération".

Le journaliste est apparu dans une vidéo en septembre 2012, les yeux bandés. Mais l'identité de ses ravisseurs dans ce pays en guerre --militants radicaux, autorités syriennes ou autres-- reste inconnue à ce jour.

Les autorités fédérales américaines ont annoncé en 2018 offrir une récompense d'un million de dollars pour toute information permettant de retrouver la trace du photojournaliste.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

À table

Quatre mouloukhyés à goûter

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants