Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Libertés : le rapporteur européen invite Ankara à "revenir à la normale"

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan (d). Photo Murat Cetinmuhurdar/Turkish Presidential Press Office/Handout via REUTERS

Le nouveau rapporteur pour la Turquie au Parlement européen a appelé vendredi, lors de sa première visite dans ce pays, à un retour de la situation des droits de l'homme "à la normale", après la répression menée dans le sillage d'un putsch manqué en 2016.

"Je crois que nous pouvons tous comprendre la situation tendue dans laquelle un pays qui a subi un coup d'Etat se trouve", a déclaré à l'AFP Nacho Sanchez Amor, en référence à la tentative de putsch qui a visé le président Recep Tayyip Erdogan le 15 juillet 2016. "Mais, ce que je n'ai eu de cesse de demander à mes interlocuteurs, c'est : +Quand y aura-t-il un retour à la normale (...), compte tenu du fait que vous avez remporté votre lutte contre les putschistes ?+", a-t-il ajouté. "Vous devez envoyer ce message à l'Europe", a insisté M. Sanchez Amor, qui s'exprimait à l'issue d'une visite de plusieurs jours en Turquie, au cours de laquelle il a rencontré des responsables, des opposants et des ONG.

Le Turquie est régulièrement accusée de porter atteinte aux droits de l'homme depuis le putsch manqué, qu'elle impute à un prédicateur islamique installé aux Etats-Unis, Fethullah Gülen. Celui-ci nie toute implication. Depuis le putsch avorté, les autorités traquent sans relâche les partisans de M. Gülen dans le cadre de purges d'une ampleur sans précédent, ayant conduit à l'arrestation de dizaines de milliers de personnes, majoritairement des fonctionnaires et des militaires.
Dans ce contexte, les relations entre la Turquie et l'Union européenne se sont fortement tendues depuis 2016, Bruxelles s'inquiétant des atteintes aux libertés et Ankara dénonçant un "manque d'empathie".

A l'issue d'un entretien avec le rapporteur Sanchez Amor, le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a d'ailleurs dit qu'il espérait que le Parlement européen aurait "désormais une approche non biaisée, juste et objective à l'égard de la Turquie".

Ankara est toujours officiellement candidat à l'adhésion à l'UE, mais le processus est au point mort depuis plusieurs années.


Le nouveau rapporteur pour la Turquie au Parlement européen a appelé vendredi, lors de sa première visite dans ce pays, à un retour de la situation des droits de l'homme "à la normale", après la répression menée dans le sillage d'un putsch manqué en 2016.

"Je crois que nous pouvons tous comprendre la situation tendue dans laquelle un pays qui a subi un coup d'Etat se trouve", a...