Rechercher
Rechercher

Liban

Manifestations : les FSI ne sont pas entrées dans la mosquée du centre-ville de Beyrouth, affirme Osman à Dar el-Fatwa

Le directeur général des Forces de sécurité intérieure, le général Imad Osman (gauche), s'entretenant le 22 janvier 2020 à Dar el-Fatwa avec le mufti de la République, Abdel Latif Deriane (centre). Photo Ani

Le directeur général des Forces de sécurité intérieure, le général Imad Osman, a assuré mercredi que les agents des FSI n'étaient pas entrés à l'intérieur de la mosquée Mohammad el-Amine, dans le centre-ville de Beyrouth, où des manifestants, dont certains blessés, s'étaient réfugiés samedi soir lors de violents heurts avec les forces de l'ordre.

"Ce qui a été dit sur une éventuelle violation de la mosquée est faux. Les forces de sécurité ne sont pas entrées à l'intérieur de la mosquée", a affirmé le général Osman qui s'est entretenu avec le mufti de la République, Abdel Latif Deriane, à Dar el-Fatwa, rappelant que l'exfiltration des manifestants qui s'étaient réfugiés dans la mosquée s'était effectuée "sous escorte des FSI, en coopération avec des responsables à Dar el-Fatwa et sous la supervision de l'imam de la mosquée".

"Les forces de sécurité sont attachées aux lieux de culte et à ce qu'ils ne soient pas le théâtre d'agression", a-t-il ajouté, assurant que les FSI "sont et resteront au service des citoyens, pour assurer leur sécurité sur l'ensemble du territoire".

Samedi, des affrontements avaient opposé manifestants et forces de l'ordre aux abords de la mosquée Mohammad al-Amine, qui avait par ailleurs lancé un appel à la prière pour tenter d'apaiser les tensions.

Le directeur général des Forces de sécurité intérieure, le général Imad Osman, a assuré mercredi que les agents des FSI n'étaient pas entrés à l'intérieur de la mosquée Mohammad el-Amine, dans le centre-ville de Beyrouth, où des manifestants, dont certains blessés, s'étaient réfugiés samedi soir lors de violents heurts avec les forces de l'ordre.

"Ce qui a été dit...