Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Venezuela : Pompeo pour "soutenir" les efforts contre la "tyrannie" de Maduro

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo. AFP / Raul ARBOLEDA

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a appelé lundi la communauté internationale à "continuer de soutenir" les efforts pour en "finir avec la tyrannie" du président vénézuélien Nicolas Maduro.

"Le monde doit continuer de soutenir les efforts du peuple vénézuélien pour revenir à la démocratie et en finir avec la tyrannie de Maduro, qui a un impact en Colombie et dans toute la région", a déclaré le secrétaire d'Etat américain, selon la traduction officielle, après s'être entretenu avec le président Ivan Duque à Bogota.

M. Pompeo, qui a entamé en Colombie sa septième tournée en Amérique latine et dans les Caraïbes, a ajouté que Washington continuerait à travailler "pour rétablir la démocratie au Venezuela", estimant que "les citoyens rejettent l'autoritarisme et exigent la liberté".

Il a en outre condamné la "misère infligée" par M. Maduro aux habitants de son pays en crise et qu'ont fui environ 4,6 millions de Vénézuéliens au cours des dernières années, dont 1,6 million se trouvent dans la Colombie voisine.

"Le président Duque et moi (...) réaffirmons notre engagement envers les valeurs que nous partageons et au sommet de l'agenda, il y a l'énorme crise humanitaire causée par le régime de Maduro", a-t-il déclaré.

A Bogota, Mike Pompeo a prévu de rencontrer lundi l'opposant Juan Guaido, reconnu par les Etats-Unis, la Colombie et une cinquantaine d'autres pays comme président par intérim du Venezuela.

Par ailleurs, il participera mardi à la troisième Conférence ministérielle continentale de lutte contre le terrorisme, qui réunit les représentants de 25 pays de la région à Bogota.

Bravant une interdiction de sortie du territoire vénézuélien, M. Guaido, qui a été réélu début janvier à la tête du parlement, est arrivé dimanche en Colombie. Il doit ensuite se rendre en Suisse pour participer jeudi au Forum économique mondial à Davos, a précisé à l'AFP un député vénézuélien, Stalin Gonzalez.

A l'issue de sa rencontre avec M. Pompeo, M. Duque a demandé plus de sanctions contre le Venezuela pour l'"appui que la tyrannie et la dictature de Nicolas Maduro donne aux groupes terroristes sur son territoire".

Il a estimé que "cette réunion sert à amplifier ces dénonciations et ces sanctions", estimant que la coopération contre le terrorisme devait être plus stricte.

Bogota a plusieurs fois dénoncé la présence au Venezuela de guérilleros de l'Armée de libération nationale (ELN), ainsi que de dissidents de l'ex-rébellion marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), avec le soutien présumé des autorités du pays frontalier.

En inaugurant lundi la conférence contre le terrorisme, M. Duque a en outre accusé le gouvernement de M. Maduro d'accueillir des cellules du Hezbollah.

Il a par ailleurs réaffirmé que l'unique solution à la crise politico-économique vénézuélienne passait par une "transition crédible" au niveau de l'exécutif et il a appelé à des "élections libres et crédibles au Venezuela", accompagnées d'un programme de récupération économique.


Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a appelé lundi la communauté internationale à "continuer de soutenir" les efforts pour en "finir avec la tyrannie" du président vénézuélien Nicolas Maduro.

"Le monde doit continuer de soutenir les efforts du peuple vénézuélien pour revenir à la démocratie et en finir avec la tyrannie de Maduro, qui a un impact en...