X

Liban

Les rumeurs concernant le tiers de blocage sont sans fondement, affirme Bassil

Gouvernement
OLJ
15/01/2020

Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, a affirmé hier qu’il n’entravait pas la formation du gouvernement du Premier ministre désigné, Hassane Diab, accusant par ailleurs le Premier ministre sortant, Saad Hariri, « d’entraver les affaires courantes ».

« Ce que nous demandons, c’est un gouvernement obtenant la confiance des gens, en colère contre le retard de la formation du gouvernement, celle du Parlement et celle de la communauté internationale pour desserrer l’étau financier sur le Liban », a ajouté M. Bassil lors d’une conférence de presse organisée au siège du CPL à l’issue de la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du Liban fort. « Hassane Diab ne peut pas considérer que sa désignation ne peut lui être retirée, a-t-il mis en garde. Les gens peuvent le faire, tout comme le Parlement en ne lui accordant pas la confiance. »

M. Bassil est accusé de poser lui-même des conditions sur la formation du cabinet. « Toutes les rumeurs concernant les quotes-parts ou le tiers de blocage sont sans fondement et destinées à tromper l’opinion, a-t-il poursuivi. À aucun moment, nous n’avons demandé quoi que ce soit. Nous répétons que nous voulons un gouvernement composé de spécialistes, capable de redresser la situation. La seule chose sur laquelle nous jugerons le gouvernement, c’est de savoir s’il peut réussir à mettre en œuvre un plan économique salvateur. Il ne peut y avoir de changement sans une modification des politiques mises en place ces trente dernières années. Nous n’avons pas le luxe de prendre du temps. Chaque jour de retard est mortel. »

En réaction à des propos tenus plus tôt dans la journée par Saad Hariri, M. Bassil a lancé que « le gouvernement sortant ne gère pas les affaires courantes ». « C’est devenu un cabinet qui entrave les affaires, a-t-il déploré. Ce gouvernement a pourtant des responsabilités et peut prendre des décisions pour sauver la situation. Lorsque nous demandons que le gouvernement sortant expédie vraiment les affaires courantes, il ne s’agit pas de le réactiver ou de retarder la formation du prochain cabinet. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT COMME LES BARGES TURQUES SONT SANS FONDEMENT... EH ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS SONT AVEC GRAND FONDEMENT TOUT COMME TOUS LES STRATAGEMES EMPLOYES POUR CONTROLER LES PREMIERS MINISTRABLES ET LA NOMINATION AU NOM DU BEAU-PERE.

Yves Prevost

" Toutes les rumeurs concernant les quotes-parts ou le tiers de blocage sont sans fondement et destinées à tromper l’opinion"
Curieux! Je trouve dans l'article de Scarlett, publié aujourd'hui-même, la phrase suivante: "le chef du CPL aurait vu le nombre des ministres dont il avait le choix se réduire à 6" (au lieu de 7). Il est donc bien question de marchandages sur les quote-parts. Quant au nombre de 7 ministres revendiqués sur un total de 18, il constitue bien un tiers de blocage, si toutefois, les règles d'arithmétique n'ont pas changé depuis mon enfance.

NAUFAL SORAYA

Tout est sans fondement, tout est injustifié, tout est faux...

Que UN SEUL ait le courage de reconnaitre qu'il a mal agi, mal géré son ministère, que si le pays est dans cette situation catastrophique, c'est de leur faute...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants