Rechercher
Rechercher

À La Une - Disparition

Mort subite de la journaliste libanaise Najwa Kassem à 52 ans

Selon son employeur Al-Arabiya, l'ancienne journaliste de la Future TV, 52 ans, a été retrouvée morte à son domicile à Dubaï, jeudi ; la chaîne ne fournit aucun détail sur les causes du décès.

La journaliste libanaise Najwa Kassem, décédée le 2 janvier 2019, dans une photo datée du 15 décembre 2009. Photo d'archives AFP / BALKIS PRESS / AMMAR ABD RABBO

La journaliste libanaise Najwa Kassem est morte subitement jeudi à Dubaï, a annoncé son employeur Al-Arabiya.

Selon la chaîne d'information arabe, Najwa Kassem, 52 ans, a été retrouvée morte à son domicile à Dubaï, jeudi. La chaîne ne fournit aucun détail sur les circonstances du décès.

Sur sa page Twitter, l'ancienne présentatrice de la chaîne Future TV souhaitait à ses followers, le 31 décembre 2019, dans un dernier message, une bonne année 2020.


"Que Dieu apporte une année pleine de bonheur à tout le monde. Que Dieu garde notre pays et veille sur le Liban", avait-elle écrit.

Najwa Kassem avait rejoint Al-Arabiya en 2003, selon le site The National. Elle s'est forgée une solide réputation en couvrant sur le front la guerre d'Irak en 2003. Elle avait également couvert l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005, qui détenait la Future TV qui employait Najwa Kassem.

En 2012, elle avait été nommée l'une des 100 femmes les plus puissantes du monde arabe par le magazine Arabian Business, rappelle The National.

Les hommages ont fusé sur les réseaux sociaux, notamment de la part de ses collègues et de plusieurs personnalités politiques libanaises qui ont salué sa carrière.


La journaliste libanaise Najwa Kassem est morte subitement jeudi à Dubaï, a annoncé son employeur Al-Arabiya.Selon la chaîne d'information arabe, Najwa Kassem, 52 ans, a été retrouvée morte à son domicile à Dubaï, jeudi. La chaîne ne fournit aucun détail sur les circonstances du décès.Sur sa page Twitter, l'ancienne présentatrice de la chaîne Future TV souhaitait à ses...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut