X

La Dernière

Noël blanc et nouvelle année bleue

Coolitude

« Des goûts et des couleurs, on ne discute pas », dit le fameux adage. Mais pas lorsqu’on est Pantone...

31/12/2019

Depuis plus de dix ans, le monde attend que Pantone, surnommée « l’autorité mondiale de la couleur », prédise si la nouvelle année à peine entamée va faire voir à chacun la vie en rose, jaune ou vert, pour accommoder à la fois l’humeur personnelle et les vents socio-économiques et culturels. Après avoir bouclé 2019, baignée dans le Living Coral (Corail vivant), tonalité qualifiée de « sociable et sémillante, familière et pleine d’énergie », et même de « message de vie », passage donc à 2020. Et, cette fois, ce sera, selon cette autorité, dans la zone bleu classique. Une nuance tout autre que les bleus déjà adoptés par Pantone auparavant, dont le bleu céruléen (2000), le bleu aquatique (2003), le bleu turquoise (2005), le bleu iris (2008) ou encore le bleu sérénité (2016).

L’année 2020 sera donc bleu classique, défini comme « durable, intemporel et élégant dans sa simplicité.

Un pari peut-être plus réussi que le borail vivant de l’année passée car alors on espérait mieux pour les récifs de corail qui, en fait, continuent à mourir à une vitesse

alarmante ».

Selon Leatrice Eiseman, directrice exécutive du Pantone Color Institute, « le bleu classique de l’année à venir est une tonalité profonde et reposante faisant penser à un ciel crépusculaire. Même si ce bleu est souvent associé à une certaine mélancolie, chez Picasso par excellence, nous avons pu puiser dans ses autres traits positifs. Du point de vue émotionnel et psychologique, le bleu a toujours représenté calme et confiance.

On peut toujours s’y fier ». Exactement ce qu’il faut par ces temps troublés qui ont besoin de foi et de confiance.

À noter que Pantone ne vise pas de spécifiques évènements en cours, niant en particulier un quelconque soutien au Parti démocrate américain qui bat pavillon bleu, tout en ayant perçu que la technologie avancée est devenue source de stress dans le monde moderne. Son communiqué de presse souligne aussi : « Comme la course à la technologie est en train de vouloir dépasser la capacité humaine à l’assimiler, il est aisé de comprendre pourquoi nous gravitons autour de couleurs franches qui offrent des promesses sécurisantes. »

La compagnie Pantone, qui est à la base du nuancier universel de couleurs avec plus de 992 codes de couleurs, prévoit les tendances en matière de couleurs et conseille aussi les entreprises et les marques sur l’harmonisation des nuances. Depuis 2000, elle donne le ton chromatique qui prévaudra durant les 365 jours à venir. Pour cela, elle analyse non seulement les engouements mondiaux dans les domaines de l’art, de la mode et du design, mais aussi l’interférence des nouvelles technologies et le climat sur les réseaux sociaux et la scène politique globale. À cet effet, Pantone tient deux fois par an une réunion secrète dans une capitale européenne réunissant des représentants de groupes de différents pays œuvrant dans le domaine des couleurs.

Après deux jours de présentations et de débats, ils optent pour la couleur de l’année à venir. Les résultats de la réunion sont ensuite publiés dans le Pantone View, auquel vont se référer les designers du monde de la mode, les fleuristes et autres compagnies de produits de grande consommation afin de planifier leurs futures créations.

Un inédit pour 2020 : une expérience multisensorielle qui capte l’essence du bleu classique. En partenariat avec d’autres firmes, Pantone a mis au point un kit comprenant, entre autres, une montre avec un bracelet en velours bleu, un petit audio intitulé Vivid Nostalgia, un sachet de thé aux baies avec un subtil accent citronné, une bougie aux senteurs de musc et de sel marin, et un pot de confiture de myrtille. Une note de douceur qui précise : « Dans ce monde incertain et se développant à grande vitesse, pourquoi ne pas avoir votre bleu et aussi le déguster ? » Comme avoir le beurre et l’argent du beurre.

Pour finir, faisons un petit tour du côté de Michel Pastoureau, l’historien médiéviste français spécialiste de la symbolique des couleurs, des emblèmes et de l’héraldique. « Regardons les couleurs en connaisseurs, a-t-il écrit, mais sachons aussi les vivre avec spontanéité et une certaine innocence. »

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marie-Hélène

Ça tombe bien , ma nouvelle doudoune est bleu classique. ! Je suis sauvee !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants