Dernières Infos

Rassemblements de solidarité en Irak après une tuerie de manifestants


Un manifestant irakien agitant un grand drapeau, sur la place Tahrir, à Bagdad, le 6 décembre 2019. Photo AFP / AHMAD AL-RUBAYE

Des rassemblements de solidarité ont eu lieu samedi dans plusieurs villes d'Irak, au lendemain de la mort d'au moins 12 manifestants tués par des hommes armés dans la capitale.

Vendredi soir, des hommes armés non identifiés ont attaqué un immense parking à étages de Bagdad pour en déloger des manifestants anti-pouvoir qui l'occupaient depuis plusieurs semaines, entraînant la mort d'une douzaine d'entre eux. Des tirs se sont poursuivis au cours de la nuit dans les rues alentours.

Les protestataires de la capitale, mobilisés depuis plus de deux mois, notamment sur la place Tahrir, cœur de la contestation, ont alors lancé sur les réseaux sociaux des appels à venir nombreux samedi les soutenir sur Tahrir. Dès l'aube, des centaines d'entre eux avaient déjà répondu à l'appel.
"Je suis venu après l'attaque (du parking) et il y avait (déjà) des gens en masse sur Tahrir et vers le pont Senek" proche, où s'est produite l'attaque, a indiqué un manifestant à l'AFP, choqué par le laxisme des mesures de sécurité. "La police était là mais ne m'a même pas fouillé".

De nombreuses personnes arrivées dans la nuit sur la place après les violences sont elles suspectées d'être des membres des Brigades de la paix, le bras armé du leader chiite Moqtada Sadr. Ce dernier avait réclamé la démission du gouvernement et assuré que ses hommes protégeraient les manifestants.
Une source au sein des Brigades de la paix a déclaré à l'AFP que l'un de ses membres avait été tué vendredi soir lors des violences et affirmé que des militants non armés des Brigades avaient été envoyés sur la place "pour protéger les protestataires". Le manifestant interrogé par l'AFP a dit lui avoir vu sur Tahrir des hommes munis de bâtons et vêtus de vestes multipoches remplies de cocktails Molotov.

Des manifestations de solidarité ont également lieu dans le sud de l'Irak.

A Nassiriyah, les rassemblements quotidiens de protestation ont vu le nombre de personnes présentes augmenter, en dépit d'une répression qui a fait une vingtaine de morts la semaine dernière. "Nous sommes là en solidarité avec Bagdad", a dit à l'AFP l'un des manifestants à Nassiriyah, où les forces de sécurité étaient visibles.

Des milliers de personnes se sont également rassemblées dans une autre ville du sud, Diwaniyah. Là encore, les forces de sécurité étaient massivement présentes.

La tuerie de la nuit à Bagdad a confirmé les craintes des protestataires qui s'attendaient à une explosion de violence après le déferlement sur la place Tahrir de millier de partisans des paramilitaires pro-Iran du Hachd al-Chaabi, une coalition de factions désormais intégrée à l'Etat.


Des rassemblements de solidarité ont eu lieu samedi dans plusieurs villes d'Irak, au lendemain de la mort d'au moins 12 manifestants tués par des hommes armés dans la capitale.

Vendredi soir, des hommes armés non identifiés ont attaqué un immense parking à étages de Bagdad pour en déloger des manifestants anti-pouvoir qui l'occupaient depuis plusieurs semaines, entraînant la...