Rechercher
Rechercher

Liban - Enrichissement illicite

Nagib Mikati entendu par le juge d’instruction

Nagib Mikati. Photo d’archives AFP

L’ancien Premier ministre et député Nagib Mikati a été entendu hier matin par le juge d’instruction Georges Rizk au Palais de justice de Beyrouth, en raison de poursuites engagées contre lui pour enrichissement illicite via des prêts au logement subventionnés.

À l’issue de cette audience, M. Mikati a souligné avoir tenu à se présenter en personne devant le juge « par respect pour la justice ». Il a annoncé que la prochaine audience aura lieu le 12 janvier. Interrogé par la presse, le député s’est dit « étonné que son nom apparaisse dans la plainte présentée contre lui par la juge Ghada Aoun, alors que cette dernière ne l’a jamais convoqué ».

Concernant la révolte populaire contre la classe dirigeante accusée de corruption, Nagib Mikati a estimé que les protestataires ont le droit de réclamer que les corrompus soient jugés, estimant toutefois que les poursuites à son encontre constituent « un défouloir » et que les manifestants méritent mieux que cela.

La procureure près la Cour d’appel du Mont-Liban, la juge Ghada Aoun, avait engagé, le 23 octobre, des poursuites contre Nagib Mikati, son fils Maher, son neveu Azmi (fils de Taha), ainsi que la Bank Audi, pour enrichissement illicite par le biais de prêts au logement subventionnés. Elle s’était adressée en direct aux médias sur cette affaire, ce qui lui a valu d’être temporairement suspendue de ses fonctions.

Peu après l’engagement des poursuites, le conseiller de Nagib Mikati avait assuré de la conformité des prêts octroyés, notamment vis-à-vis des règles de la BDL. Lors d’une conférence de presse, M. Mikati avait de son côté martelé que la polémique avait été ravivée pour des motifs politiques.


L’ancien Premier ministre et député Nagib Mikati a été entendu hier matin par le juge d’instruction Georges Rizk au Palais de justice de Beyrouth, en raison de poursuites engagées contre lui pour enrichissement illicite via des prêts au logement subventionnés. À l’issue de cette audience, M. Mikati a souligné avoir tenu à se présenter en personne devant le juge « par...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut