Liban

Tarek Chebab à L’OLJ : Je vais refaire un nouveau "Poing de la révolution"

Tarek Chehab devant son œuvre. Photo DR

Tarek Chebab, le concepteur du "Poing de la révolution" visé par un incendie criminel sur la place des Martyrs vendredi matin, a assuré à L'Orient-Le Jour qu’il allait le remplacer par une installation identique.

"C’est l’emblème de la Thaoura. Notre révolution est tellement pacifique qu’ils ne parviennent pas à nous attaquer, c’est le seul moyen auquel ils ont pu recourir pour nous adresser un message qui est leur seul langage, le langage de la violence", a-t-il affirmé à notre collaboratrice Carla Henoud.

Le jeune homme, qui dirige une entreprise qui conçoit et produit des objets en 3D, avait exécuté et installé en un seul jour, le 26 octobre, la structure en bois, avec un dessin sur fond blanc et un seul mot "thaoura", pour la modique somme de 300 000 LL dont il s’est acquitté.

Il avait souligné qu’il s’agissait d’une "initiative personnelle". Quelques jours plus tard, alors que la place des Martyrs était la cible d’un assaut violent, un groupe de voyous avaient tenté déjà de casser puis de brûler le poing, sans succès.


Tarek Chebab, le concepteur du "Poing de la révolution" visé par un incendie criminel sur la place des Martyrs vendredi matin, a assuré à L'Orient-Le Jour qu’il allait le remplacer par une installation identique.

"C’est l’emblème de la Thaoura. Notre révolution est tellement pacifique qu’ils ne parviennent pas à nous attaquer, c’est le seul moyen auquel ils ont pu...