Beyrouth

La tension monte au niveau de la rue des banques, au centre-ville de Beyrouth

Face à face entre manifestants et forces de l'ordre à l'entrée de la rue des banques, dans le centre-ville de Beyrouth, mardi 19 novembre 2019. Photo AMH

Vers 10h, la tension montait d'un cran au centre-ville de Beyrouth, où sont rassemblés des milliers de manifestants pour protester contre la tenue, prévue à 11h, d'une séance au Parlement à l'ordre du jour de laquelle est prévue la très controversée loi d’amnistie.

A l'entrée de la rue des banques, manifestants et forces de l'ordre étaient dans un face à face tendu. "La chambre est celle des voleurs", crient les manifestants. Entre ces derniers et les forces de l'ordre massivement déployées, les noms d'oiseaux volent. Si les deux camps finissent par baisser le ton, la tension reste forte.

Des échauffourées ont éclaté mardi matin entre des manifestants venus bloquer les accès au Parlement à Beyrouth et dont les rangs grossissaient au fil des heures. Vers 9h, des centaines d'entre eux avaient déjà investi les rues alentours dans un concert de casseroles, expression de leur colère, alors que la Chambre est censée se réunir à 11h pour examiner, entre autres, une loi d'amnistie générale controversée.


Vers 10h, la tension montait d'un cran au centre-ville de Beyrouth, où sont rassemblés des milliers de manifestants pour protester contre la tenue, prévue à 11h, d'une séance au Parlement à l'ordre du jour de laquelle est prévue la très controversée loi d’amnistie.

A l'entrée de la rue des banques, manifestants et forces de l'ordre étaient dans un face à face tendu. "La...