Dernières Infos

Yémen: retour du gouvernement à Aden après un accord avec les séparatistes

Le Premier ministre et quatre ministres yéménites ont atterri lundi à l'aéroport de la capitale provisoire du pays, Aden (sud), après un accord signé début novembre avec les séparatistes du Sud qui les en avaient chassés. AFP / Saleh Al-OBEIDI

Le Premier ministre et quatre ministres yéménites ont atterri lundi à l'aéroport de la capitale provisoire du pays, Aden (sud), après un accord signé début novembre avec les séparatistes du Sud qui les en avaient chassés, a constaté un correspondant de l'AFP. Le retour du Premier ministre yéménite de Riyad était prévu la semaine dernière mais a été retardé pour des raisons logistiques.

Les forces séparatistes du Conseil de transition du sud (STC) ont pris en août le contrôle d'Aden, devenue la base de repli du gouvernement, déjà expulsé de la capitale Sanaa en 2014 par les rebelles houthis.

Le 5 novembre, le STC et le gouvernement, en principe alliés dans la guerre contre les houthis, ont conclu à Riyad un accord de partage du pouvoir sous la médiation de l'Arabie saoudite. L'accord prévoit notamment l'intégration des séparatistes du STC au gouvernement et le retour de celui-ci, alors exilé à Riyad, à Aden.

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi vit à Riyad depuis la prise de Sanaa par les Houthis.

Depuis 2015, l'Arabie saoudite mène une coalition militaire au Yémen pour contrer l'offensive de ces rebelles soutenus par l'Iran.

Le conflit entre les frères d'armes dans le sud du Yémen avait fait craindre un éclatement de la coalition anti-houthis et un embrasement du pays, déjà frappé par la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU.

Le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane avait déclaré que l'accord signé sous ses yeux allait "ouvrir une nouvelle période de stabilité au Yémen".

L'émissaire de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths, avait salué "une étape importante pour nos efforts collectifs en vue d'un règlement pacifique du conflit au Yémen".

La guerre au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts, la plupart des civils, selon diverses organisations humanitaires.


Le Premier ministre et quatre ministres yéménites ont atterri lundi à l'aéroport de la capitale provisoire du pays, Aden (sud), après un accord signé début novembre avec les séparatistes du Sud qui les en avaient chassés, a constaté un correspondant de l'AFP. Le retour du Premier ministre yéménite de Riyad était prévu la semaine dernière mais a été retardé pour des raisons...