Dernières Infos

Libye: des pays européens appellent à la libération d'une députée enlevée

AFP
17/11/2019

Treize représentations diplomatiques européennes en Libye ont appelé dimanche les autorités dans l'est de la Libye à oeuvrer à la libération d'une députée enlevée en juillet à Benghazi, ville sous le contrôle des forces du maréchal Khalifa Haftar.

Dans un communiqué conjoint, elles ont exprimé "leur profonde inquiétude concernant la disparition prolongée d'une membre de la Chambre des représentants, Mme Siham Sergewa" et appelé "à sa libération immédiate", demandant "aux autorités libyennes concernées d'enquêter urgemment sur sa disparition et de fournir sa localisation".

Le document est signé par les ambassades d'Autriche, Belgique, Bulgarie, Finlande, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Portugal, Espagne, Suède, Royaume-Uni ainsi que par la mission de l'Union européenne.

Siham Sergewa a disparu le 17 juillet à Benghazi --ville où siège le Parlement-- après l'attaque de son domicile par un groupe armé, au lendemain de son intervention sur la chaîne de télévision Libya al-Hadath, proche de l'homme fort de l'est libyen Khalifa Haftar, dont le fief est à Benghazi.

La députée avait appelé à l'arrêt des combats au sud de la capitale Tripoli et dénoncé le "radicalisme" de certains députés acquis à la cause d'un camp ou de l'autre, responsable selon elle de la division du Parlement.

Elle faisait référence à l'offensive lancée le 4 avril par le maréchal Haftar pour tenter de prendre Tripoli où est basé le gouvernement d'union nationale, reconnu par l'ONU.

"Les violations du droit international humanitaire et des droits de l'homme (en Libye) ne passeront pas inaperçues, et les auteurs seront tenus pour responsables devant la justice", ont affirmé les ambassades européennes dans leur communiqué.

"La fréquence des attaques visant des hommes politiques, des militants et des membres de la société civile, en particulier les femmes, est inacceptable", ont-elles ajouté.

Le 17 octobre, la mission de l'ONU en Libye avait affirmé "que les autorités compétentes dans l'est de la Libye étaient légalement tenues de déterminer le sort de (Siham) Sergewa et le lieu où elle se trouve".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants