Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Huit membres d'une même famille tués dans une frappe israélienne sur Gaza

Photo AFP / ASHRAF AMRA

Huit membres d'une même famille sont morts dans une frappe israélienne sur la bande de Gaza avant l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu jeudi, ont indiqué des responsables palestiniens, Israël disant avoir visé dans cette attaque un "commandant du Jihad islamique" qui a été tué.

Cette frappe porte désormais à 34 morts et 111 blessés le bilan des opérations israéliennes visant depuis mardi des éléments du Jihad islamique, qui a de son côté tiré plus de 350 roquettes en direction d'Israël, selon l'armée israélienne.

"Six citoyens de la famille Abou Malhous, incluant trois enfants et deux femmes, ont été tués dans une frappe israélienne sur leur maison familiale à Deir al-Balah dans le sud de la bande de Gaza", a indiqué dans la nuit le ministère de la Santé dans la bande de Gaza. Les corps de deux autres enfants ont été retrouvés ce matin dans les décombres, selon le ministère.

Un porte-parole de l'armée israélienne, Avichay Adraee, a déclaré que la frappe visait Rasmi Abou Malhous, décrit comme un "commandant du Jihad islamique". Mais des habitants de la bande de Gaza et des membres de sa famille ont affirmé qu'il était un officier de la police militaire de l'Autorité palestinienne.

M. Adraee a affirmé dans un message sur Twitter qu'Abou Malhous était le commandant d'une cellule chargée de tirer des roquettes sur Israël. Un autre porte-parole de l'armée israélienne, Jonathan Conricus, a indiqué à l'AFP qu'il cachait notamment des munitions à son propre domicile. "Évidemment nous essayons toujours de réduire au maximum le nombre de non-combattants tués ou blessés", a-t-il ajouté.

"Désescalade urgente"

Les affrontements entre les deux camps ont éclaté mardi à l'aube après l'assassinat ciblé par Israël d'un chef du Jihad Islamique, Baha Abou al-Ata, accusé par l'Etat hébreu d'avoir mené de nombreuses opérations anti-israélienne ces derniers mois. Il avait péri avec son épouse.

Dans la foulée de cette frappe, le Jihad Islamique a lancé un tir de barrage de roquettes sur Israël, qui a de son côté multiplié les frappes aériennes contre les positions de ce groupe islamiste armé.

Pour tenter de freiner cette nouvelle spirale de violence, l'émissaire de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, avait mené une médiation avec les Egyptiens --qui bénéficient d'une forte influence sur Gaza et de relations officielles avec Israël-- en vue d'une "désescalade urgente".

Et un accord de cessez-le-feu est entré en vigueur à 05H30 locales (03H30 GMT), ont indiqué à l'AFP une source égyptienne et un haut responsable du Jihad islamique.

L'armée israélienne, qui accuse notamment le Jihad islamique d'utiliser des boucliers humains pour se protéger des frappes, n'a pas ciblé cette fois le Hamas, mouvement islamiste qui contrôle Gaza.

Le Hamas et Israël se sont livré trois guerres dans l'enclave depuis 2008. Mais ce groupe, contrairement au Jihad islamique, avait approuvé une trêve négociée par l'entremise de l'ONU, de l'Egypte, pays frontalier de Gaza, et du Qatar, émirat du Golfe qui entretient à la fois des relations avec les groupes de Gaza et Israël.


Huit membres d'une même famille sont morts dans une frappe israélienne sur la bande de Gaza avant l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu jeudi, ont indiqué des responsables palestiniens, Israël disant avoir visé dans cette attaque un "commandant du Jihad islamique" qui a été tué.

Cette frappe porte désormais à 34 morts et 111 blessés le bilan des opérations ...