Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Cisjordanie: un Palestinien tué en marge du 15e anniversaire du décès d'Arafat



Des manifestants palestiniens jetant des bombes de gaz lacrymogène vers des soldats israéliens lors de la confiscation de terrains dans le village d'al-Shayukh, à l'est d'Hébron, en Cisjordanie occupée, le 10 novembre 2019. Photo AFP / HAZEM BADER

Un Palestinien a été tué par balle lundi et des dizaines d'autres ont été blessés lors d'affrontements avec les forces israéliennes en Cisjordanie occupée, en marge de commémorations du 15e anniversaire de la mort du leader palestinien Yasser Arafat, ont indiqué les autorités locales.

Selon des sources hospitalières palestiniennes, un homme de 22 ans, Omar al-Badawi, a été atteint par balle à la poitrine lors de ces affrontements dans le camp de réfugiés palestiniens d'Al-Aroub, situé entre Bethléem et Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée.

"Un citoyen a été fait martyr à Al-Aroub, il a été la cible d'un tir par balle et a été transporté à l'hôpital", a dit le ministère palestinien de la Santé.

Selon une porte-parole de l'armée israélienne sollicitée par l'AFP, des "combattants" ont d'abord tiré des cocktails Molotov et des pierres sur des militaires qui ont "répliqué avec des moyens anti-émeutes et des tirs à balle réelle". "L'incident est en cours d'examen", a-t-elle ajouté.

Une vidéo, circulant en boucle sur les réseaux sociaux palestiniens et montrant le jeune s'avancer dans une allée et s'effondrer d'un seul coup après un tir, "semble indiquer qu'il ne posait aucune menace à quiconque", a commenté sur Twitter l'envoyé spécial de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, demandant une "enquête approfondie" sur ce décès d'Omar al-Badawi.

Le jeune palestinien a été transporté d'urgence à l'hôpital Al-Ahli de Hébron, où son décès a été prononcé, selon des responsables médicaux.

Dans la foulée, des manifestants se sont rassemblés dans le coeur de cette ville, la plus tendue de Cisjordanie, et ont lancé des pierres en direction de soldats israéliens qui ont répliqué avec du gaz lacrymogène, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Et en début de soirée, des centaines de Palestiniens ont participé dans le camp de réfugiés d'Al-Aroub aux funérailles, sous tension, de Omar al-Badawi.

Dizaines de blessés 

Plusieurs marches ont lieu au cours de la journée lundi en Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis plus d'un demi-siècle, pour marquer le 15e anniversaire de la mort de Yasser Arafat.

Par endroits, ces marches ont tourné à l'affrontement avec les forces israéliennes, selon le Croissant-Rouge palestinien, qui a fait état de 48 blessés, lors de heurts à un rond-point proche de la Mouqataa, siège de l'Autorité palestinienne où se trouve aussi le mémorial de Yasser Arafat.

Héros national ayant incarné des décennies durant la lutte pour l'indépendance du peuple palestinien qui attend toujours son Etat, Yasser Arafat est décédé en France le 11 novembre 2004, à 75 ans, les Palestiniens accusant Israël de l'avoir empoisonné.

Une enquête française n'a pas trouvé de traces validant cette hypothèse mais elle est endossée par les Palestiniens qui s'en tiennent à une autre investigation, suisse, s'orientant vers un empoisonnement.

Elections? 

Dans l'enclave palestinienne de Gaza, contrôlée par les islamistes du Hamas, aucune commémoration du leader historique du Fateh, mouvement laïc dominant en Cisjordanie, n'a été autorisée lundi.

Ces divisions interpalestiniennes sont telles qu'aucun scrutin législatif n'a eu lieu depuis plus de 13 ans dans ces deux territoires séparés par Israël.

Le président palestinien Mahmoud Abbas, 84 ans, a réitéré lundi son engagement, déjà formulé il y a un an, de convoquer des élections dans les prochains mois.

"Nous avons décidé de tenir des élections législatives, puis présidentielle, et ces élections doivent aussi avoir lieu à Jérusalem-Est et à Gaza", a déclaré M. Abbas lors d'un discours pour l'anniversaire de la mort de Yasser Arafat.

En coulisses, les tractations s'intensifient, sans déboucher pour l'heure sur une échéance claire. Bien qu'il refuse de commémorer le décès de Yasser Arafat, le chef du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a défendu la tenue d'élections.

"Des élections sont au fondement même du projet national palestinien et une façon aussi de sortir du dilemme dans lequel se trouve la cause palestinienne", a déclaré dimanche soir M. Haniyeh à l'issue de pourparlers avec les "factions" palestiniennes.

"Nous sommes d'accord pour tenir des élections législatives suivies d'une élection présidentielle", comme le propose le Fateh de Mahmoud Abbas, "mais le tout doit se faire selon un calendrier précis", a ajouté M. Haniyeh, sans épiloguer.

Dans l'est de Gaza, des membres cagoulés des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont toutefois défilé lundi pour commémorer un autre anniversaire: la mort, l'an dernier, d'un de leurs commandants dans une opération israélienne.


Un Palestinien a été tué par balle lundi et des dizaines d'autres ont été blessés lors d'affrontements avec les forces israéliennes en Cisjordanie occupée, en marge de commémorations du 15e anniversaire de la mort du leader palestinien Yasser Arafat, ont indiqué les autorités locales.

Selon des sources hospitalières palestiniennes, un homme de 22 ans, Omar al-Badawi,...