X

Dernières Infos

Jour XXIV : manifestation à Saïda d'employés licenciés de Saudi Oger

Liban
OLJ
09/11/2019

Des dizaines d'anciens employés de la compagnie Saudi Oger, qui était détenue par le Premier ministre sortant Saad Hariri, ont manifesté leur colère samedi à Saïda, au Liban-Sud, alors que le pays connaît un 24e jour consécutif d'une révolte populaire inédite contre la classe politique et qui a réussi à pousser le cabinet de M. Hariri à la démission le 29 octobre.

Ces anciens employés de Saudi Oger qui ont été licenciés au cours des dernières années ont organisé un sit-in sur la "Place de la révolution du 17 octobre", pour réclamer le versement de leurs indemnités, rapporte notre correspondant sur place Mountasser Abdallah. Ils ont brandi des pancartes, portant des portraits de Saad Hariri, et affirmant  "Hariri, je veux mon droit", ou encore "Monsieur le Premier ministre, arrêtez d'ignorer nos droits".

Zakaria Zarif, un employé de Saudi Oger, affirme avoir touché ses salaires mais réclame toujours ses indemnités. "J'ai travaillé pendant 36 ans pour eux et j'attends toujours mes indemnités. J'ai des dettes, ma situation est difficile et j'ai besoin de cet argent", affirme-t-il à notre correspondant. "Hariri nous a menti. Depuis 2015, j'attends mes indemnités", affirme un autre, Ahmad. Un troisième homme, Mahmoud, venu manifester avec ses deux filles, affirme qu'il est au chômage et réclame également ses indemnités.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Crime de lèse-orange

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants