X

Dernières Infos

Le chef de l'Agence pour les réfugiés palestiniens suspendu de ses fonctions

AFP
06/11/2019
Le Suisse Pierre Krähenbühl, commissaire général de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) et mis en cause par une enquête interne pour abus de pouvoir, a été suspendu temporairement de ses fonctions, a annoncé mercredi l'ONU.

Fin juillet, un rapport émanant du département éthique de l'Unrwa et envoyé au secrétaire général de l'ONU faisait état de mauvaise gestion et d'abus de pouvoir commis par un petit groupe de hauts responsables --pour la plupart des expatriés-- qui auraient contourné les mécanismes de contrôle de l'ONU.

L'AFP s'était procuré une copie du rapport qui décrit comme "crédibles et corroborés" de graves abus éthiques commis par des hauts dirigeants, dont le commissaire général de l'Agence, Pierre Krähenbühl.

Parmi les accusations figurent celles "d'agissements à caractère sexuel inappropriés, népotisme, représailles, discriminations et autres abus d'autorité, (commis) à des fins personnelles, pour réprimer des divergences d'opinion légitimes", selon le rapport.

Pierre Krähenbühl aurait lui-même noué une relation amoureuse avec sa conseillère principale, nommée en 2015, après un processus de recrutement "extrêmement rapide", précise le document.

Or les résultats préliminaires de l'enquête "ont révélé des problèmes de gestion qui concernent spécifiquement le commissaire général", a indiqué l'Unrwa. Ces résultats préliminaires "excluent" toute "fraude" ou "détournement de fonds" par M. Krähenbühl, mais font état de "problèmes de management", a souligné dans un autre communiqué, le bureau du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Si l'Unrwa avait indiqué mercredi matin que M. Krähenbühl s'était "retiré" de ses fonctions jusqu'à la fin de l'enquête interne, l'ONU à New York a affirmé qu'il a été placé en "congé administratif" par le secrétaire général.

Ce dernier a par ailleurs nommé Christian Saunders au titre de grand patron par intérim de l'Unrwa, agence qui gère des écoles et fournit une aide vitale à des millions de réfugiés palestiniens en Jordanie, au Liban, en Syrie et dans les Territoires palestiniens.

Plus de 700.000 Palestiniens ont été expulsés ou ont fui leurs terres entre avril et août 1948 au moment de la création d'Israël, selon l'ONU. Ces personnes, ainsi que leurs descendants, ont le statut de réfugiés.

Israël et les Etats-Unis s'opposent au fait que les Palestiniens puissent transmettre le statut de réfugié à leurs enfants, souhaitant ainsi réduire le nombre de personnes bénéficiant d'une aide de l'Unrwa, ce que les Palestiniens dénoncent comme une violation de leurs droits.

Dans la foulée des annonces de mercredi, Israël a affirmé que le modèle de l'Unrwa "n'était pas durable". "La communauté internationale doit trouver un nouveau modèle pour fournir une aide humanitaire à ceux qui en ont vraiment besoin" et en finir avec cette idée "futile d'un retour des réfugiés", a indiqué son ministère des Affaires étrangères dans un communiqué en hébreu.

En 2018, les Etats-Unis avaient mis fin à leur aide financière annuelle de 300 millions de dollars (270 millions d'euros) à l'Unrwa et doivent présenter dans les prochaines semaines ou mois les détails de leur plan de paix pour le Moyen-Orient.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants