X

Dernières Infos

Rencontre à Bahreïn sur la sécurité maritime, en présence d'Israël



AFP
21/10/2019

Les représentants de plus de 60 pays, dont Israël, ont entamé lundi à Bahreïn une rencontre de deux jours sur la sécurité du transport maritime après des attaques contre des pétroliers dans le Golfe et des installations pétrolières saoudiennes.

L'Iran, pays riverain du Golfe accusé par les Etats-Unis, des pays occidentaux et l'Arabie saoudite de la responsabilité de ces attaques --ce qu'il nie--, ne participe pas à la réunion.

"Nous devons adopter une position claire (...) et prendre les mesures nécessaires pour protéger nos pays contre les Etats voyous", a déclaré le chef de la diplomatie de Bahreïn, cheikh Khaled Al-Khalifa, devant les participants.

En dépit de l'absence de relations avec Bahreïn, Israël est représenté. L'Etat hébreu avait déjà participé il y a quatre mois à une rencontre à Manama sur la présentation du volet économique d'un plan de paix américain pour le Proche-Orient.

"Cette réunion intervient à un moment critique de l'histoire", a affirmé le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo dans une lettre adressée aux participants de la rencontre. "Ensemble, nous devons nous engager à prendre les mesures nécessaires pour arrêter les pays qui continuent de vouloir acquérir des armes de destruction massive", a ajouté M. Pompeo dans une claire allusion à l'Iran accusé de vouloir se doter de l'arme nucléaire. "La prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs, que ce soit par voie aérienne ou maritime, constitue une menace grave pour la paix et la sécurité internationales", a-t-il affirmé.

Les tensions entre Téhéran et Washington n'ont cessé de croître depuis le retrait unilatéral en 2018 de Washington de l'accord international sur le nucléaire iranien --censé empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique-- et le rétablissement de lourdes sanctions américaines contre Téhéran.


"Menace iranienne"
Les participants de la réunion à Bahreïn appartiennent au "Groupe de travail sur la sécurité maritime et aérienne" né en février lors d'une conférence sur le Moyen-Orient à Varsovie, a rappelé le ministère bahreïni des Affaires étrangères sur Twitter. "La rencontre est une occasion pour échanger les points de vues sur les moyens de faire face à la menace iranienne et garantir la liberté de navigation", a ajouté le ministère.

Après des attaques ces derniers mois contre des pétroliers dans le Golfe, les Etats-Unis ont formé une coalition maritime pour protéger la navigation dans cette région essentielle à l'approvisionnement mondial en pétrole.
Bahreïn, qui abrite la cinquième flotte américaine, a rejoint la coalition dès le mois d'août. L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont rejoint cette coalition en septembre.

Côté occidental, le Royaume-Uni et l'Australie sont les principaux membres de cette coalition à avoir accepté de fournir des navires de guerre pour assurer la sécurité de la navigation dans le Golfe.
La majorité des pays européens ont refusé de participer, craignant de nuire à leurs efforts pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien, fragilisé depuis le retrait américain.

L'Iran, qui se considère comme le gardien du Golfe, a lui présenté un projet régional afin d'assurer "la sécurité énergétique et la liberté de navigation".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Tirelires et tire-au-flanc

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah et « la patience stratégique »

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants