X

Moyen Orient et Monde

À Qamichli, les chrétiens divisés, sauf face aux Turcs

Témoignages

La communauté assyrienne reste clivée sur la question des Kurdes et du régime.

15/10/2019

L’ambiance est exaltée, la statue de Hafez el-Assad éclairée par les projecteurs trône en maître, et le portrait de son fils Bachar s’affiche sur des panneaux géants. La scène se déroule dimanche soir à Qamichli. Des habitants célèbrent l’annonce du redéploiement des troupes de Damas dans la ville après un accord passé avec les milices kurdes qui contrôlent le Nord-Est syrien. Ce tableau ferait presque oublier que Qamichli est considérée par les Kurdes syriens comme la capitale du Rojava. Fondée en 1926 par des réfugiés chrétiens ayant fui le génocide assyrien, la ville est constituée aujourd’hui d’une majorité de Kurdes. Au fil des décennies, la communauté chrétienne du canton s’est réduite comme peau de chagrin. Après le début de la guerre en 2011 et surtout l’essor de l’État islamique dans la région, seules quelques 3 500 familles chrétiennes sont restées à Qamichli. La communauté est loin d’être un bloc homogène. « Il y a ceux qui sont prokurdes et pro-Assad, ceux qui sont antikurdes et pro-Assad, et ceux qui ne sont ni avec les uns ni avec les autres. Notre région, c’est comme le Moyen-Orient, vous devez parler à toutes les parties, religions, nationalités pour vous faire une vraie idée de la situation », résume Emarceen Youssef, un Assyrien de Qamichli, qui réside aujourd’hui en Allemagne. L’offensive turque contre les Kurdes syriens, débutée le 9 octobre dernier, a toutefois réuni toutes les parties sous une même bannière. « Quel que soit notre bord politique, nous sommes tous contre cette agression militaire turque. Les supplétifs d’Ankara sont des barbares qui ne pensent qu’à tout détruire sur leur passage et nous devions empêcher le massacre des chrétiens qui ont payé un lourd tribut depuis le début de la guerre », confie Georges Malkoun, un habitant de Qamichli et membre de l’association prorégime Mère Syrie. « Ne laissez pas le christianisme être chassé du nord-est de la Syrie », ou bien « Stoppez l’invasion des Turcs ottomans », pouvait-on lire ces derniers jours dans les médias assyriens et kurdes, commentaires assortis de photos de chrétiens blessés lors de frappes turques.

« On a vu ce que l’arrivée de Daech (acronyme arabe de l’EI) a causé aux villages chrétiens de la région, et on espère que les groupes terroristes ne s’approcheront pas d’ici », poursuit Georges Malkoun. L’opération militaire turque ravive aussi d’anciennes plaies. « L’idée d’une incursion turque ramène les Assyriens à leurs souvenirs des massacres de 1914-1915, mais aussi, plus récemment, aux exactions commises lors de la bataille de Afrine », rappelle Jamil Diarbakerli, directeur exécutif de l’Observatoire assyrien pour les droits de l’homme.

Milice chrétienne

Pour parer à l’éventualité d’une incursion d’Ankara, des miliciens et des policiers syriaques ont été notamment postés à la frontière syro-turque ainsi que dans la ville. « Nous sommes prêts à nous déplacer dans tout el-Jeziré et au-delà pour combattre Daech ou Nosra (ex-branche syrienne d’el-Qaëda) ou quelques forces affiliées à la Turquie », confie pour sa part Akad Hanna, porte-parole de la Sutoro, la police militaire syriaque affiliée aux Assayech, chargée de la sécurité du Rojava.

Le conseil militaire syriaque, milice chrétienne formée en 2013, combat au sein des FDS. « Entre les YPG, les Assayech et nous, l’entente est très bonne, car nous avons participé ensemble à différentes grandes batailles contre l’EI », assure Akad Hanna.

Les Forces de protection des femmes du Bethnahrain, sorte de pendant assyrien des Unités de défense de la femme (kurde), a notamment été créé en 2015. Faya Ardish a été l’une de ces combattantes chrétiennes. Aujourd’hui engagée politiquement dans un parti syriaque prokurde, la jeune femme dit qu’elle n’hésitera pas à enfiler de nouveau son treillis en cas d’invasion des combattants rebelles proturcs. « On est coincés entre la Turquie et l’EI d’un côté et la Russie et l’Iran de l’autre. Nous ne sommes pas contre l’État syrien s’il combat les terroristes et s’il nous donne des droits en tant que syriaques assyriens chaldéens », confie Faya, contactée via WhatsApp. Le déploiement du régime devrait éloigner la perspective d’une offensive turque sur la ville. « Il n’y a pour l’instant pas de changement important, si ce n’est que les Assayech aux points de contrôle ont troqué leurs uniformes militaires pour des tenues civiles », affirme Sleiman Youssef, journaliste et activiste assyrien de Qamichli. « Le régime ne revient pas dans le canton d’el-Jeziré. Il a toujours été là », rappelle Jamil Diarbakerli,. Depuis juillet 2012, le contrôle de Qamichli, comme de la ville de Hassaké, est partagé par l’armée syrienne et les forces armées affiliées au PYD (Parti de l’union démocratique, branche syrienne du PKK).

Détention arbitraire

Le renforcement du régime inquiète fortement les opposants au Baas, dont fait partie Sleiman Youssef. « La peur est bien réelle car le dossier des dissidents n’a pas été discuté lors de pourparlers qui ont mené à cet accord. Si le régime vient à contrôler totalement la région, c’est certain que des gens seront contraints de partir », précise l’intellectuel assyrien. Selon l’Observatoire assyrien pour les droits de l’homme, 30 % des chrétiens syriens seraient prorégime, 10 à 20 % prorebelles ou prokurdes, et les 50 % restants ne prendraient pas parti. Ces chiffres sont toutefois à relativiser. « La propagande dans les médias a tendance à exagérer l’adhésion des chrétiens au régime, et beaucoup d’entre eux n’osent pas exprimer leur opinion », estime Jamil Diarbakerli.

Critiquer le gouvernement autoproclamé kurde peut également poser problème. Sleiman Youssef en a fait l’amère expérience il y a tout juste un an, lorsqu’il avait été détenu arbitrairement à cause des articles dénonçant la politique du parti kurde. Car cette hégémonie et le projet d’instaurer le Rojava, en dépit parfois des aspirations des populations arabes et assyriennes, n’est pas accepté par la majorité. « Il est mal vu que des Syriaques s’associent aux Kurdes ayant participé aux côté des Turcs au génocide assyrien. C’est comme les maronites qui combattaient avec Kamal Joumblatt et la gauche libanaise durant la guerre », remarque Michel*, un chrétien d’Alep.

« Le YPG (Unités de protection du peuple) ne nous représente sûrement pas. L’armée syrienne, elle, oui », renchérit Georges Malkoun, qui précise n’avoir aucun grief contre le peuple kurde. Certains habitants de Qamichli ont notamment attiré l’attention sur la surmédiatisation de la cause des chrétiens du Nord-Est syrien ces derniers jours. « Le PYD a diffusé de fausses informations sur les Assyriens, comme la destruction d’églises. En réalité, on ne sait pas qui les a détruites », affirme Emarceen Youssef. « Les Kurdes ont menti dès le premier jour de l’offensive en annonçant la mort de chrétiens. Ils se servent d’eux comme d’instruments de leur propagande, mais cette mauvaise publicité nous dessert », déplore de son côté Jamil Diarbakerli.

*Le prénom a été changé pour des raisons de sécurité.


À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ON DIT QUOI ?

Hier dans un débat sur France 24 IL était question de rentrer dans les détails des populations qui habitent dans cette région, la confusion était telle que le diable aurait perdu le nord .

Que mes compatriotes chrétiens me pardonnent , mais je n'arrive pas à comprendre une chose simple , comment se fait il que les chrétiens donnent aussi facilement le bon Dieu sans confession à ceux qui dans l'histoire les ont massacré et continuent de le faire , mais mettent le doute sur les communautés qui ne les ont JAMAIS agressés.

Sont ils devenus masochistes ou alors peut être que la peur d'une souffrance est telle que ça les rend résigné face à la barbarie .

De la façon qu'on voit les chrétiens admiratifs face aux détenteurs d'idéologie massacrantes me laisse pantois .

Je reconnais que certains peuvent avoir des nuances dans leurs façons de qualifier un bouffon , ils passent de gaffeurs à polichinelle. Lol....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST QU,ILS SE SOUVIENNENT DE CE QUE LEURS PERES ET GRANDS PERES ONT SOUFFERT SOUS LE JOUG OTTOMAN ET DES GENOCIDES LANCES CONTRE EUX. LE TURC NE CHANGE PAS.

Chucri Abboud

Les kurdes ont les mains pleine du sang de ces assyriens chrétiens qu'ils ont massacré sans pitié à plusieurs reprises depuis des siècles ! Et ne croyons pas trop à leur affiliation à des mouvement pro-kurdes ! Ils seraient bien plus protégés dans une Syrie multiconfessionnelle , traditionnelle , et ils le savent très bien . Inutile de biaiser , ou même de faire semblant . Il ne leur convient pas de diviser la Syrie et de vivre dans un éventuel Kurdistan : Ils sont syriens à part entière !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah et « la patience stratégique »

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez aujourd'hui la communauté des abonnés en vous abonnant à 1$ pour UN AN. Offre limitée pour la journée du 21 novembre 2019

Je poursuis la lecture

4

articles restants