X

Liban

Hariri consolide ses positions sur l’échiquier sunnite

Communautés

L’opposition au Premier ministre enregistre des percées minimes aux élections du Conseil supérieur chérié.

Fady NOUN | OLJ
14/10/2019

La communauté sunnite au Liban a élu hier un nouveau Conseil supérieur chérié de 33 membres, pour un mandat de 4 ans. Le scrutin a confirmé le leadership du chef du courant du Futur Saad Hariri, qui a obtenu une majorité de voix dans les grandes villes sunnites de Beyrouth, Tripoli et Saïda. Le taux de participation a été jugé satisfaisant.

Toutefois, quelques percées de l’opposition ont été enregistrées quand même, soit de la part d’indépendants, comme à Beyrouth, soit de la part des sunnites du 8 Mars, à Tripoli (un élu). Par contre, la liste des candidats du courant du Futur à Saïda a été élue d’office.

S’il y a une protestation quelconque, c’est du côté des indépendants qu’elle s’est exprimée. En effet, une partie de l’opinion sunnite est déçue de ce que les partis aient eu une mainmise si totale sur les élections, au détriment des autorités religieuses. Beaucoup affirment en effet que le nouveau Conseil supérieur chérié est « une image réduite de la représentation sunnite au Parlement ».

Le scrutin s’est tenu dans les sept circonscriptions suivantes : Beyrouth, Tripoli, Akkar, Mont-Liban, Békaa, Saïda et Hasbaya-Marjeyoun. Prenant la parole à Beyrouth en cours de matinée, le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, s’est félicité de ce que les élections se déroulent « dans un climat de transparence, de démocratie et un esprit institutionnel marqué par l’ouverture et la concurrence loyale. Tout le monde doit savoir que Dar el-Fatwa est à égale distance de tous les candidats, que c’est une institution ouverte à tous les ulémas et musulmans libanais et que c’est une instance modérée et du juste milieu. Je tiens à féliciter à l’avance tous ceux qui l’emporteront, dans l’espoir que le nouveau conseil poursuivra les œuvres entamées par son prédécesseur ».

Le collège électoral à Beyrouth comptait l’ancien Premier ministre Tammam Salam, les ministres Raya el-Hassan (Intérieur), Mohammad Choucair (Télécoms) et les députés Nouhad Machnouk, Fouad Makhzoumi, Adnan Traboulsi et Roula Tabch, ainsi que les membres du Conseil supérieur chérié en exercice, le secrétaire de Dar el-Fatwa, les enseignants et lecteurs du Coran approuvés, les juges religieux en exercice, les administrateurs des biens (wakfs), les imams des mosquées agréés, les magistrats sunnites, notamment les membres du Conseil constitutionnel et les fonctionnaires sunnites de la première catégorie, le président et les membres sunnites des conseils municipaux, soit au total 135 électeurs. L’opération de vote s’est achevée à 13h30.

Ambiance calme

Venu vers midi déposer son bulletin dans l’urne, le Premier ministre Saad Hariri a salué « l’ambiance calme » du scrutin. « Ces élections étaient nécessaires et nous souhaitons que toutes les élections se déroulent aussi bien au Liban », a-t-il déclaré à sa sortie.

Quant à l’ancien Premier ministre Tammam Salam, il a insisté sur les deux dimensions religieuse et nationale d’une instance comme le Conseil supérieur chérié sunnite.

À Tripoli, venu voter pour la liste de la coalition qu’il a formée avec le Premier ministre Saad Hariri, l’ancien chef de l’exécutif Nagib Mikati a déclaré, après avoir déposé son bulletin, que « le gagnant veillera sur les affaires communautaires et le Liban ». « Nous faisons partie des fondateurs de cette nation et tenons au vivre-ensemble et à la cohabitation de tous les Libanais », a-t-il ajouté.

Les résultats

Les résultats du dépouillement des bulletins se présentent comme suit :

À Beyrouth (8 membres) : Mohammad Talal Anis Beydoun, Wassim Mougharbel, Waël Chbaro, Abdallah Chahine, Moustapha Kheir, Mohammad Zahreddine, Ziad Saheb et Fouad Zrad.

Liban-Nord (7 membres) : Omar Mikati, Bilal Baraké, Ahmad Abdel Kader Amine, Oussama Moustapha Kamal Trad, Fayez Seif, Rabih Dandachi et Amir Raad.

Akkar (1) : Wassim Ghandi Merhebi.

Mont-Liban (2) : Raïf Younès Abdallah, Mohammad Bahige Mansour.

Békaa (2) : Abdel Rahman Charkieh, Mohammad Schéhadé Soumayli.

Saïda (3) : Abdel Halim Zein, Mohammad Ibrahim Rawas, Fayez Salaheddine Baassiri.

Hasbaya-Marjeyoun (1) : Hassan Ismaïl Dally.

Soit 24 élus auxquels il faut ajouter le mufti et 8 membres nommés par lui.

On rappelle que le Conseil chérié comprend 33 membres et coiffe la communauté sunnite d’un appareil religieux central qui exerce des compétences législatives, exécutives et judiciaires en tout ce qui touche aux affaires religieuses et à la gestion de ses biens (wakfs).

La législation qui l’organise remonte à 1955 (décret-loi 18/55), dans le prolongement d’une tradition législative remontant à l’Empire ottoman.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

COURAGE ET PERSEVERANCE SAAD HARIRI.

ON DIT QUOI ?

C'est symptomatique de ses nouvelles prises de position .

Le souvenir d'une torture en bensaoudie qui s'est heureusement bien terminée en comparant à celle de l'ambassade à Istanbul a dû beaucoup jouer sur l'alignement des sunnites sur NOTRE PREMIER MINISTRE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants