Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Syrie : la France convoque l'ambassadeur de Turquie

La France a convoqué jeudi l'ambassadeur de Turquie après le lancement d'une nouvelle offensive turque, la veille, dans le nord de la Syrie, a indiqué une source diplomatique française à l'AFP.

L'ambassadeur "est convoqué en début d'après-midi" au ministère français des Affaires étrangères, avait précisé cette source. "J'y vais tout à l'heure", avait confirmé l'ambassadeur Ismail Hakki Musa, contacté par l'AFP.

L'offensive de la Turquie a provoqué un tollé international, plusieurs pays craignant une résurgence du groupe jihadiste État islamique (EI). Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU doit avoir lieu jeudi.
Le président Emmanuel Macron a appelé la Turquie "à mettre un terme le plus rapidement possible" à son offensive en Syrie, qui "risque d'aider Daech (acronyme arabe de l'EI) à reconstruire son califat".

"C'est une lutte que nous menons contre une organisation terroriste issue du PKK (...), nous ne sommes pas en train d'aider Daech", a assuré en fin d'après-midi Ismail Hakki Musa, interrogé par la radio RTL. "La Turquie est décidée à éradiquer les noyaux terroristes de ses frontières, les opérations vont continuer", a-t-il insisté, rappelant que son pays partageait une frontière commune de plus de 900 kilomètres avec la Syrie.

L'offensive turque vise les positions de la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), un groupe qu'Ankara considère comme terroriste pour ses liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), mais qui est soutenu par les pays occidentaux pour combattre les jihadistes du groupe État islamique.

"Si, entre alliés, nous n'avons pas la même définition des organisations terroristes, alors dans quelle mesure peut-on parler de la solidarité qui nous lie ?", a demandé Ismail Hakki Musa, dont le pays est membre de l'OTAN. Interrogé sur le risque d'une évasion de grande ampleur des jihadistes étrangers détenus par les forces kurdes à la faveur du chaos provoqué par l'assaut turc, il a rappelé la position d'Ankara, favorable au rapatriement de ces prisonniers dans leurs pays pour y être jugés. Plusieurs pays européens, dont la France, demandent qu'ils soient jugés là où ils ont commis leurs crimes. "Nous, nous attendons que les pays d'origine reçoivent leur jihadistes (...). La Turquie ne va pas laisser des éléments jihadistes dans la nature, elle s'en occupera", a-t-il toutefois assuré.

Les Kurdes syriens ont été aux avant-postes de la lutte contre le groupe jihadiste avec le soutien aérien de la coalition internationale anti-EI. En mars 2019, les Forces démocratiques syriennes (FDS), coalition à majorité kurde, se sont emparées de l'ultime bastion syrien de l'EI à Baghouz. Mais le groupe jihadiste reste actif dans la clandestinité.


La France a convoqué jeudi l'ambassadeur de Turquie après le lancement d'une nouvelle offensive turque, la veille, dans le nord de la Syrie, a indiqué une source diplomatique française à l'AFP.

L'ambassadeur "est convoqué en début d'après-midi" au ministère français des Affaires étrangères, avait précisé cette source. "J'y vais tout à l'heure", avait confirmé...