Liban

Crise du dollar : Aoun discute des "revendications des importateurs de médicaments" avec Salamé

Le président libanais, Michel Aoun, recevant une délégation représentant les importateur de médicaments au Liban, au Palais de Baabda, le 10 octobre 2019. Photo tirée du compte Twitter de la présidence

Le président libanais, Michel Aoun, a contacté jeudi le gouverneur de la Banque centrale du Liban (BDL), Riad Salamé, avec qui il a évoqué la question des difficultés rencontrées par les importateurs de médicaments pour convertir les livres libanaises en dollars. Cette devise est en effet devenue difficile à obtenir auprès des banques libanaises ces dernières semaines.

"Le président Aoun a contacté le gouverneur de la BDL afin qu'il réponde aux revendications des importateurs de médicaments", écrit la présidence sur Twitter. Cet échange entre MM. Aoun et Salamé intervient alors que le chef de l'Etat a reçu au palais de Baabda une délégation représentant les importateurs de médicaments, qui lui ont fait part des difficultés de change rencontrées dernièrement pour payer en dollars leurs fournisseurs. 

Plus tôt dans la journée, les syndicats des boulangers avaient mis en garde contre une grève à partir de lundi, alors que les boulangers et minotiers rencontrent le même problème que les importateurs de médicaments et de carburants pour payer leurs produits aux fournisseurs. 

Il y a deux semaines, la BDL avait publié une circulaire proposant une solution aux professionnels de ces filières, qui encaissent une partie plus ou moins importante de leurs recettes en livres libanaises. Le processus mis en place est néanmoins soumis à certaines contraintes, comme la nécessité d’attendre le feu vert de la BDL, de bloquer une somme en dollars équivalente à 15 % du montant de la commande pour laquelle les professionnels concernés souhaitent retirer des dollars ou de s’acquitter d’une commission de 0,5 % du montant demandé. La publication de cette circulaire intervient dans un contexte tendu lié à la dégradation de la situation économique du pays, combinée à un resserrement de la circulation de dollars sur le marché local, où le billet vert cohabite avec la livre, à un taux fixé par la BDL (1 507,5 livres pour un dollar). Or les retraits de billets verts à travers les distributeurs automatiques et les guichets ont récemment été fortement limités, tandis que le prix demandé par les changeurs, et depuis peu même par certains commerçants, a dépassé le seuil des 1 600 livres.

Par ailleurs, le président libanais a assuré que le budget de l'Etat pour l'exercice 2020, actuellement sur la table du Conseil des ministres, "contiendrait des réformes qui renforceront la conférence interne et extérieure vis-à-vis de la situation économique libanaise".

Le président libanais, Michel Aoun, a contacté jeudi le gouverneur de la Banque centrale du Liban (BDL), Riad Salamé, avec qui il a évoqué la question des difficultés rencontrées par les importateurs de médicaments pour convertir les livres libanaises en dollars. Cette devise est en effet devenue difficile à obtenir auprès des banques libanaises ces dernières semaines.

"Le...