Liban

Abousleiman prêt à "octroyer des permis de travail aux Syriens qui le méritent"

Le ministre libanais du Travail, Camille Abousleimane, recevant une délégation, dans son bureau, le 4 octobre 2019. Photo Ani

Le ministre libanais du Travail, Camille Abousleiman, a appelé vendredi à "un retour rapide des déplacés syriens vers leur pays", affirmant toutefois être "prêt à octroyer des permis de travail aux Syriens qui le méritent". 

"Je suis en faveur d'un retour le plus rapide possible des déplacés syriens vers leur pays, sur base d'un mécanisme qui assure leur sécurité", a affirmé le ministre, qui recevait une délégation de l'organisation des "défenseurs des droits des réfugiés". Il a estimé que le gouvernement syrien "n'a lancé aucune initiative" concernant de tels rapatriements, et ne fait que "chercher des excuses pour tenter de normaliser ses relations avec l'Etat libanais". M. Abousleiman a souligné l'importance de "préserver la dignité" des réfugiés syriens et de leur octroyer "leurs droits humanitaires élémentaires", notamment en mettant un terme au travail des enfants. "Je suis entièrement prêt à octroyer des permis de travail aux Syriens qui le méritent", a-t-il déclaré, soulignant que son objectif était "de réguler la main d’œuvre" et non pas de "mettre un terme au travail et aux ressources" disponibles. 

Le ministre du Travail a par ailleurs affirmé qu'il comptait "coopérer avec le ministère de l'Intérieur et la Sûreté générale" concernant l'enregistrement des naissances d'enfants syriens au Liban. 

De son côté, la délégation a souligné les conditions précaires dans lesquelles vivent la plupart des réfugiés syriens, appelant le Liban à appliquer les conventions internationales en matière de droit humanitaire. 

Le ministre Abousleiman avait lancé en juin un plan de lutte contre l'emploi illégal des étrangers et avait demandé aux entreprises qui emploient des travailleurs étrangers de régulariser leur situation et d’obtenir les permis de travail nécessaires. Après l'expiration de ce délai, fin juillet, le ministère a procédé à des inspections, fermé des établissements en infraction et lancé une série d'avertissements.

Le Liban, qui compte quatre millions d'habitants, dit accueillir entre 1,5 million et deux millions de Syriens, dont un million inscrits comme réfugiés auprès de l'ONU, dans des conditions souvent précaires.


Le ministre libanais du Travail, Camille Abousleiman, a appelé vendredi à "un retour rapide des déplacés syriens vers leur pays", affirmant toutefois être "prêt à octroyer des permis de travail aux Syriens qui le méritent". 

"Je suis en faveur d'un retour le plus rapide possible des déplacés syriens vers leur pays, sur base d'un mécanisme qui assure leur sécurité", a...