Rechercher
Rechercher

Liban

Le président de la commission parlementaire des Télécoms accuse le ministre Choucair de corruption


Le président de la commission parlementaire des Télécoms, le député Hussein Hajj Hassan. Photo ANI

Le président de la commission parlementaire des Télécoms, le député Hussein Hajj Hassan, membre du Hezbollah, a réclamé mercredi la création d'une commission parlementaire chargée d'enquêter sur l'affaire de l'achat du siège de la société Touch, dans le centre-ville de Beyrouth, accusant le ministre des Télécoms, Mohammad Choucair, de corruption. 

Dans ce secteur "les appels d'offres ont quasiment disparu ou sont stoppés en pleine procédure", a regretté M. Hajj Hassan, lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion de la commission parlementaire qu'il préside. "Le représentant de la société Touch a reconnu que le ministre des Télécoms oblige les deux opérateurs mobiles libanais à changer les résultats des appels d'offres transparents et à passer des contrats avec certaines sociétés spécifiques", a-t-il ajouté. 

"Nous avons écouté les témoignages des responsables des deux opérateurs qui ont évoqué des infractions et des pressions, et avons à notre disposition des centaines de documents" qui peuvent corroborer ces témoignages, a souligné le député du Hezbollah. "Nous avons donc demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire qui serait chargée d'enquêter sur les abus commis dans les sociétés travaillant dans le secteur de la téléphonie mobile et sur les infractions commises par les différents ministres", a-t-il insisté. 

MM. Hajj Hassan et Choucair sont à couteaux tirés depuis plusieurs mois en raison de la polémique entourant l'achat par l'opérateur Touch (rattaché au ministère des Télécoms), pour la somme de 75 millions de dollars, de l'immeuble accueillant son nouveau siège. 

Par ailleurs, l'opérateur mobile Alfa a nié dans un communiqué l'information ayant circulé sur les réseaux sociaux, qui annonçait la démission de tous les membres du Conseil d'administration de la société "afin d'éviter de devoir participer à la réunion de la commission parlementaire des Télécoms". "Ces informations sont des rumeurs dont le but est de porter atteinte au Conseil d'administration", a affirmé la société. 




Le président de la commission parlementaire des Télécoms, le député Hussein Hajj Hassan, membre du Hezbollah, a réclamé mercredi la création d'une commission parlementaire chargée d'enquêter sur l'affaire de l'achat du siège de la société Touch, dans le centre-ville de Beyrouth, accusant le ministre des Télécoms, Mohammad Choucair, de corruption. 

Dans ce secteur...