Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Jordanie : la grève des enseignants du public entre dans sa troisième semaine

Les enseignants du public en Jordanie ont débuté dimanche la troisième semaine d'un mouvement de grève déclenché face au refus du gouvernement de revaloriser leur salaire de 50%. Lancée le 8 septembre, une semaine après la rentrée scolaire, cette grève paralyse environ 4.000 écoles publiques, où sont inscrits plus d'1,4 millions d'élèves jordaniens.

"La grève va se poursuivre jusqu'à satisfaction de la revendication des enseignants", a déclaré samedi soir Noureddine Nadim, porte-parole du syndicat des enseignants. "Il n'y a pas de retour en arrière possible pour aucun professeur, ni pour le syndicat, qui représente plus de 100.000 enseignants". Dans une déclaration à la presse, il a ajouté que les enseignants attendaient cette revalorisation salariale depuis cinq ans.

Les enseignants du secteur public demandent une hausse de 50% de leur salaire, "le plus bas parmi les fonctionnaires de l'Etat", a précisé le dirigeant syndical Nasser al-Nawasra à l'AFP, lors d'une manifestation d'enseignants à Amman le 5 septembre. Le gouvernement a jusqu'à présent refusé de répondre à leur demande, dont il a estimé le coût à 112 millions de dinars jordaniens (environ 150 millions de dollars) pour le budget du royaume.

"Ce qui nous importe actuellement, c'est la suspension de la grève et le retour des élèves sur les bancs des écoles", a dit samedi la porte-parole du gouvernement, Joumana Ghneimat. Mme Ghneimat a déclaré que le gouvernement était "ouvert au dialogue avec le syndicat des enseignants sur différents points", sans autres précisions.

L'an dernier, la Jordanie a été touchée par des hausses des prix de produits de base qui avaient suscité durant plusieurs jours des manifestations et entraîné la démission du gouvernement.

Dépourvue de ressources naturelles et très dépendante d'aides étrangères, la Jordanie est confrontée à une situation économique difficile, notamment marquée par de forts taux de chômage et de pauvreté.


Les enseignants du public en Jordanie ont débuté dimanche la troisième semaine d'un mouvement de grève déclenché face au refus du gouvernement de revaloriser leur salaire de 50%. Lancée le 8 septembre, une semaine après la rentrée scolaire, cette grève paralyse environ 4.000 écoles publiques, où sont inscrits plus d'1,4 millions d'élèves jordaniens.

"La grève va se...