Dernières Infos

Yémen : les rebelles accusent la coalition d'une "grave escalade à Hodeida"

AFP
20/09/2019

Les rebelles houthis du Yémen ont accusé vendredi la coalition dirigée par Riyad d'une "grave escalade à Hodeida, de nature à dynamiter l'accord" conclu en décembre à Stockholm sur une trêve et un redéploiement des forces dans cette ville portuaire stratégique de l'ouest du Yémen.

"Les raids intensifs sur Hodeida sont une grave escalade de nature à dynamiter l'accord de Suède", a déclaré Mohammed Abdessalem, l'un des dirigeants des houthis, cité par leur chaîne de télévision Al-Massirah au lendemain de frappes annoncées par la coalition. "La coalition sera tenue responsable des conséquences de cette escalade et la position des Nations unies à ce propos sera observée avec attention", a-t-il ajouté.

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite, qui intervient au Yémen depuis 2015, a annoncé avoir lancé jeudi une opération militaire contre les rebelles houthis soutenus par l'Iran, la première depuis des attaques le 14 septembre contre des installations pétrolières saoudiennes.

Jeudi, la coalition a dit avoir détruit quatre sites situés au nord de la ville portuaire de Hodeida, utilisés par les rebelles pour assembler des bateaux télécommandés et des mines marines, selon un communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne SPA. Elle a qualifié ces sites de menaces à la sécurité maritime dans le stratégique détroit de Bab al-Mandeb et le sud de la mer Rouge. Peu avant l'annonce de cette opération militaire, la coalition avait affirmé avoir déjoué une attaque au bateau piégé, sans équipage à bord.

"La force navale de la coalition a détecté une tentative de la milice terroriste houthie liée à l'Iran de commettre un acte hostile et terroriste imminent dans le sud de la mer Rouge en utilisant un bateau piégé télécommandé", a indiqué la coalition dans un communiqué diffusé par SPA. Le bateau a été lancé "depuis le gouvernorat de Hodeida", dans l'ouest du Yémen, a-t-elle ajouté sans préciser la cible du bateau, qui a été détruit.

Concernant la navigation au large de Hodeida, le responsable rebelle a accusé la coalition de retenir plusieurs navires, les empêchant de décharger leurs cargaisons dans les ports de la ville. Cet acté équivaut à "un acte de guerre et à une agression", a-t-il affirmé.

Les houthis continuent d'occuper le port de Hodeida en dépit d'un accord parrainé par les Nations unies et signé le 13 décembre 2018, prévoyant de céder le contrôle de cette installation à des forces neutres (les anciens agents de la douane) et un redéploiement des forces des rebelles et du gouvernement autour de la ville.

Les houthis ont revendiqué les attaques du 14 septembre contre des installations pétrolières dans l'est de l'Arabie saoudite.

Riyad et Washington accusent toutefois l'Iran, qui dément, d'être à l'origine de ces attaques ayant coupé la production pétrolière de l'Arabie saoudite par deux et entraîné une flambée des prix du baril.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants