Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Ethique, souveraineté : l'armée française publie sa feuille de route dans l'intelligence artificielle


La ministre française de la Défense, Florence Parly, à Moscou, le 9 septembre 2019. Photo REUTERS/Shamil Zhumatov

Ethique, cadre d'emploi, souveraineté: les armées françaises ont publié vendredi leur stratégie dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA), qui sera utilisée au niveau militaire "dans le respect du droit international" et avec un "contrôle humain suffisant".

"Quel qu'en soit le périmètre, l'IA reste un moyen et non une finalité en soi: elle n'est pas un substituant à l'homme, quand bien même elle effectuerait certaines tâches pour lui", souligne ce document de 55 pages intitulé "L'intelligence artificielle au service de la défense", dévoilé à l'occasion de l'Université d'été de la défense (UED).

"Nous développons une intelligence artificielle militaire performante, robuste et maîtrisée pour protéger tant nos concitoyens que nos valeurs, et ceci selon trois principes: le respect du droit international, le maintien d'un contrôle humain suffisant, et la permanence de la responsabilité du commandement", a commenté la ministre des Armées, Florence Parly, lors d'un discours sur la base aérienne d'Avord (Cher), où se tenait l'UED. "Cette stratégie est détaillée au sein de l'excellent rapport de la Task Force intelligence artificielle du ministère que j'ai décidé de rendre public aujourd'hui", a-t-elle souligné, en qualifiant l'IA de "technologie stratégique".

"Dans le cas de l'IA militaire et afin d'assurer la confidentialité et la maîtrise de nos informations, il est indispensable de maintenir notre souveraineté technologique", dans un "contexte dominé par des acteurs privés ou étatiques étrangers", fait valoir le rapport en rappelant l'avance des Etats-Unis et de la Chine. "Les armées doivent ainsi trouver le bon équilibre entre le bénéfice de ce qu'offrent les grands groupes numériques privés et souvent étrangers sans en devenir dépendantes, tout en développant de manière souveraine des applications spécifiquement militaires", affirme-t-il. Le document prône "l'établissement de partenariats stratégiques avec les acteurs de l'innovation et de la recherche en pointe sur le sujet", ainsi que "le développement de coopérations internationales, en particulier au niveau européen, afin de porter nos positions stratégiques".

En écho aux inquiétudes sur les systèmes d'armes létaux autonomes, dont la France a exclu l'usage, le rapport rappelle la "création d'un comité ministériel destiné à se prononcer (...) sur les questions éthiques que pourraient soulever les développements futurs de l'IA appliquée au domaine militaire". Ce comité, qui sera mis en place d'ici à la fin de l'année, sera présidé par le conseiller d'Etat Bernard Pêcheur, a annoncé Mme Parly. Le cap fixé doit permettre à l'armée française de "tirer profit de la révolution technologique engagée, sans renier les valeurs et fondements de son action, en opérations comme dans son fonctionnement courant", conclut le document.


Ethique, cadre d'emploi, souveraineté: les armées françaises ont publié vendredi leur stratégie dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA), qui sera utilisée au niveau militaire "dans le respect du droit international" et avec un "contrôle humain suffisant".

"Quel qu'en soit le périmètre, l'IA reste un moyen et non une finalité en soi: elle n'est pas un...