X

Liban

Nasrallah : Nous respectons la résolution 1701 de l’ONU

Discours

Le secrétaire général du Hezbollah met en garde contre des négociations « avec un envoyé américain ami d’Israël » sur le litige frontalier.


OLJ
12/09/2019

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé devant des milliers de fidèles rassemblés dans la banlieue sud mardi à l’occasion de la commémoration de l’Achoura que sa formation respecte la résolution 1701 de l’ONU, mais qu’il n’y aurait « aucune ligne rouge » pour défendre le Liban en cas d’attaque israélienne.

Ces déclarations interviennent alors que le leader du Hezbollah avait décrété le 2 septembre, après la flambée de violence entre sa formation et Israël, la fin des « lignes rouges », provoquant une certaine inquiétude et poussant les responsables libanais à assurer à la Finul que la résolution était toujours respectée.

« Les Libanais ont fait échouer la tentative israélienne de modifier les règles d’engagement depuis 2006, et l’armée israélienne, devenue impuissante sur le terrain, s’est transformée en une armée hollywoodienne, a déclaré mardi Hassan Nasrallah. L’un des signes de la force de la résistance est que l’ennemi israélien a établi pour la première fois une ceinture de sécurité à l’intérieur de la Palestine sur une profondeur de 7 km à partir de la frontière et évacue ses positions. »

Le leader du Hezbollah, qui s’adressait à la foule par écran interposé, a affirmé qu’Israël « ne respecte pas » la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU. Après la guerre meurtrière de 2006, cette résolution avait rétabli une cessation des hostilités entre Israël et le Hezbollah. « Quand j’ai dit qu’il n’y avait plus de ligne rouge » dans le combat contre Israël, « cela ne veut absolument pas dire l’abandon de la résolution 1701 », a-t-il assuré. « Pour que personne ne s’inquiète, n’ait peur ou ne s’interroge (...) le Liban respecte la 1701 et le Hezbollah fait partie du gouvernement libanais qui respecte la résolution 1701 », a-t-il souligné. « Mais si Israël bombarde le Liban, envoie des drones, attaque le Liban, les Libanais ont un droit légal, humanitaire, légitime, de défendre le pays et sa souveraineté. (…) Et ce sans aucune ligne rouge. » « Les Libanais doivent savoir qu’ils sont aujourd’hui forts, forts dans le triptyque d’or armée-peuple-résistance », a-t-il assuré.

Le Hezbollah avait abattu lundi un drone israélien, au moment ou celui-ci traversait la frontière avec le Liban-Sud, dans une zone où seules l’armée libanaise et la Force intérimaire des Nations unies sont supposées être déployées.

« Agression »

Le chef du Hezbollah a, par ailleurs, mis en garde contre des négociations « avec un envoyé américain ami d’Israël, qui cherche à préserver les intérêts » d’Israël, en allusion au diplomate américain David Schenker qui poursuit sa tournée auprès des responsables libanais et évoque notamment le litige frontalier avec Israël.

Au sujet de la situation régionale extrêmement tendue, Hassan Nasrallah a affirmé qu’il refusait « tout projet de guerre contre la République islamique d’Iran car cette guerre enflammera la région et détruira des pays et des peuples ».

Hassan Nasrallah a également dénoncé les sanctions économiques imposées par Washington à l’Iran, mais aussi au Hezbollah, ses députés et ses institutions, qualifiant ces mesures d’ « agression ». « La résistance au Liban est depuis de longues années sur la liste des entités terroristes (...) ce n’est pas nouveau », a-t-il martelé. « Mais que cette agression s’élargisse pour atteindre d’autres au Liban, des banques qui n’ont aucun lien avec le Hezbollah, des notables ou des commerçants (...) en raison de leur appartenance religieuse ou leur position politique, cela nécessite une approche différente (...) car c’est l’économie libanaise qui est visée », a-t-il mis en garde.

Outre le rassemblement organisé par le Hezbollah dans la banlieue sud, des milliers de personnes ont participé, à Nabatiyé dans le Sud comme dans la Békaa, à des processions à l’occasion de l’Achoura qui commémore le martyre de l’imam Hussein.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

PAUL TRONC

SI ON POUVAIT TENIR RIGUEUR SUR UNE PAROLE DONNÉE, AU MÊME NIVEAU , QUON NE LE FAIT AVEC LE LEADER DE LA RÉSISTANCE LIBANAISE , SUR LES PAROLES DE SES ENNEMIS ET DÉTRACTEURS, ON SERAIT TENTÉ DE RECONNAÎTRE LEUR BONNE FOI .

Malheureusement le cyclope frappe toujours au même endroit , étant donné qu'il n'a qu'un oeil et qu'il regarde par le petit bout de la lorgnette .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE HEZBOLLAH RESPECTE LA 1701 ! UNE AFFIRMATION QUE PERSONNE NE GOBE. QUELLE BLAGUE !!! ON PEUT SE RIRE DE SOI-MEME MAIS PAS DES AUTRES.

Yves Prevost

"Nous respectons la résolution 1701 de l’ONU". Ah bon!Et ses armes dans la bande frontalière, elles sont conformes à la 1701? Et les tunnels sous la frontière?
Il faut croire que H. N. a un curieux sens de l'humour pour proférer, sans rire, de telles énormités>

Bery tus

Je veux savoir une chose si possible car j ai vue le speech maintenant ... y a t il une probabilité que l’Iran lache le Hezbollah ?!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants