Dernières Infos

Israël: union des partis d'extrême-droite en vue des législatives de septembre

L'ancienne ministre de la Justice et tête de file de la "Nouvelle droite", Ayelet Shaked, prendra la tête de la liste. Photo d'archives AFP

Deux partis d'extrême droite israélienne sont parvenus lundi à un accord pour la formation d'une liste commune en vue des élections législatives de septembre.

L'ancienne ministre de la Justice et tête de file de la "Nouvelle droite", Ayelet Shaked, prendra la tête de la liste, et le ministre de l'Education et chef de file de l'"Union des partis de droite", Rafi Peretz, la deuxième place, selon un communiqué commun.

Le ministre des Transports Bezalel Smotrich, membre de l'Union des partis de droite et l'ancien ministre de l'Education Naftali Bennett ("Nouvelle droite"), occuperont respectivement la troisième et quatrième place sur la liste.

La scène politique israélienne est en pleine ébullition avant les nouvelles élections convoquées après l'échec du Premier ministre Benjamin Netanyahu à former une coalition de gouvernement à l'issue des élections d'avril.

Les petits partis de droite cherchent à s'unir pour éviter des déperditions de voix comme cela avait été le cas en avril. La formation d'Ayelet Shaked et de Naftali Bennett, qui avaient quitté le parti nationaliste religieux "Foyer juif" pour fonder la "Nouvelle droite" n'avaient pas réussi à passer le seuil d'éligibilité leur permettant d'entrer au Parlement.

Dans le système proportionnel israélien, le seuil éligibilité est fixé à 3,25% de l'ensemble des voix.

l'Union des partis de droite avait remporté cinq mandats.

Dans un communiqué commun, la nouvelle alliance de droite, qui n'a encore choisi de nom, dit s'être mise d'accord pour soutenir un gouvernement mené par M. Netanyahu après les élections.

En raison du système proportionnel et du nombre important de partis politiques, la formation d'une coalition de gouvernement sera très probablement nécessaire après les élections du 17 septembre.

Les partis ont jusqu'au 1er août pour enregistrer leurs listes électorales.

Le parti d'Itamar Ben Gvir "Force juive", largement considéré comme raciste et anti-arabe, ne fait pas partie de la nouvelle alliance, mais selon le communiqué, la porte reste ouverte à des négociations avec la formation.

Benjamin Netanyahu, chef de file du Likoud, avait été très critiqué avant les élections d'avril pour avoir négocié l'inclusion de "Force juive" dans l'Union des partis de droite.

Il n'a pas commenté directement l'accord annoncé lundi, mais un responsable du Likoud, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, a critiqué le fait que l'accord n'inclut pas "tous les partis de droite".


Deux partis d'extrême droite israélienne sont parvenus lundi à un accord pour la formation d'une liste commune en vue des élections législatives de septembre.

L'ancienne ministre de la Justice et tête de file de la "Nouvelle droite", Ayelet Shaked, prendra la tête de la liste, et le ministre de l'Education et chef de file de l'"Union des partis de droite", Rafi Peretz, la...