Liban

Joumblatt : Quand l'Etat va-t-il arrêter "les autres suspects" des affrontements de Qabr Chmoun?

Le leader druze libanais Walid Joumblatt. Photo d'archives Ani

Le leader druze libanais Walid Joumblatt a appelé dimanche l'Etat à arrêter le reste des suspects des affrontements meurtriers de Qabr Chmoun (caza de Aley) le 30 juin dernier, en allusion aux partisans de son rival politique Talal Arslane.

"Quand est-ce que les autorités vont trancher cette question et arrêter le reste des suspects des incidents de Bassatine ?", a écrit le chef du Parti socialiste progressiste sur Twitter.

Le 30 juin, alors que des partisans de M. Joumblatt s'opposaient à la visite dans certains villages du caza de Aley du chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil, des échanges de tirs ont eu lieu à Qabr Chmoun entre les membres du convoi du ministre d’État pour les Affaires des réfugiés, Saleh Gharib, allié de M. Bassil et membre de la formation de Talal Arslane, et des partisans joumblattistes. Deux personnes se trouvant dans le convoi de M. Gharib ont été tuées au cours de l'échange de tirs. Depuis, Talal Arslane, qui parle d'"embuscade" et de "tentative d'assassinat" du ministre Gharib, exige que les auteurs des violences soient déférés devant la Cour de justice, une instance d'exception. Ce que Walid Joumblatt et ses alliés refusent catégoriquement. Le gouvernement du Premier ministre Saad Hariri ne s'est plus réuni depuis le 30 juin en raison de ces divergences.

Hier, Talal Arslane a appelé M. Hariri à "assumer ses responsabilités" en convoquant un Conseil des ministres pour soumettre au vote la saisine de la Cour de justice.


Le leader druze libanais Walid Joumblatt a appelé dimanche l'Etat à arrêter le reste des suspects des affrontements meurtriers de Qabr Chmoun (caza de Aley) le 30 juin dernier, en allusion aux partisans de son rival politique Talal Arslane.

"Quand est-ce que les autorités vont trancher cette question et arrêter le reste des suspects des incidents de Bassatine ?", a écrit le chef...