Dernières Infos

Un jihadiste rapatrié, inculpé en Bosnie pour avoir combattu en Syrie

AFP
15/07/2019

Un jihadiste bosnien renvoyé dans son pays en avril, a été inculpé lundi par le parquet antiterroriste de Bosnie, pour avoir "combattu dans les rangs du groupe Etat islamique en Syrie", a annoncé le parquet.

Ibro Cufurovic, 24 ans, avait choisi sur place le nom de combat d'Abou Kasim Al-Bosni. Il avait quitté la Bosnie en avril 2014, a précisé le parquet. Si plusieurs anciens jihadistes sont revenus d'eux-mêmes en Bosnie, Ibro Cufurovic, originaire de l'ouest du pays, est pour l'instant le seul à avoir été renvoyé après son arrestation sur les zones de combat.
Selon la presse bosnienne, il avait été arrêté en Syrie en septembre 2017 et placé dans un camp géré par des forces kurdes dans le nord de la Syrie.

Quelque 25 Bosniens sont recherchés par Interpol pour avoir combattu pour l'Etat islamique notamment.

Le père d'Ibro Cufurovic avait accusé un imam radical, ancien leader de la mouvance islamiste en Bosnie, Husein Bosnic, dit Bilal, d'avoir recruté son fils. Bosnic a été condamné en 2015 à sept ans de prison pour avoir encouragé ses adeptes à aller combattre en Syrie et en Irak.

Une dizaine de ressortissants bosniens, arrêtés en Syrie, ainsi qu'environ 70 femmes et enfants qui se trouvent dans des camps, attendent leur rapatriement, selon la presse locale.

Selon diverses estimations, un millier d'islamistes des Balkans sont partis à partir de 2012 pour combattre dans les rangs du Front al-Nosra ou du groupe État islamique. Le Kosovo, l'Albanie, le Monténégro, la Macédoine du Nord et la Serbie sont aussi concernés. Quelque 200 hommes ont été tués sur le front, tandis que 300 sont revenus dans les Balkans, souvent pour y être emprisonnés.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants