X

Liban

Florence Parly réaffirme à Aoun la volonté de Paris de renforcer les capacités de l’armée

Visite officielle
OLJ
03/07/2019

La ministre française de la Défense, Florence Parly, en visite officielle au Liban, a été reçue hier par les trois pôles du pouvoir, accompagnée de l’ambassadeur de France, Bruno Foucher, et d’officiers des forces navales françaises.

Au palais de Baabda, où elle a été reçue par le chef de l’État, Mme Parly a transmis à Michel Aoun les salutations du président français Emmanuel Macron et a insisté sur la solidité de la coopération entre la France et le Liban, plus particulièrement sur le plan militaire, entre les deux armées libanaise et française. La ministre de la Défense a rappelé dans ce cadre que son pays est disposé à renforcer les capacités de l’armée libanaise, conformément aux dispositions de la conférence de Rome II (2018).

À son tour, le président Aoun, aux côtés duquel se trouvaient le ministre d’État pour les Affaires présidentielles, Salim Jreissati, et le ministre de la Défense, Élias Bou Saab, a affirmé l’engagement du pays du Cèdre dans le respect de la résolution 1701 (qui a permis de mettre fin à la guerre de juillet 2006 entre Israël et le Hezbollah, et stipule que le Liban doit étendre son autorité à l’ensemble de son territoire, NDLR). Le chef de l’État a d’ailleurs fait état de « la stabilité à la frontière sud du Liban », à l’heure où les contacts se poursuivent en vue de tractations pour le tracé des frontières maritimes (entre le Liban et Israël), sous l’égide de Washington et par le biais de l’ambassadeur David Satterfield. Une mission qui vise à rapprocher les points de vue libanais et israélien de sorte à aboutir à des négociations sous l’égide des Nations unies.

Sur un autre plan, Michel Aoun a exprimé à la ministre française l’attachement du Liban « au retour des déplacés syriens non conditionné par une solution politique » à la crise en Syrie. Il a précisé à ce propos qu’une grande partie de la Syrie est stable et que seulement 10 % du territoire est toujours touché par des conflits. Le chef de l’État a ajouté que les opérations de retour des réfugiés syriens désireux de rentrer chez eux depuis le Liban se poursuivent. « Déjà 300 000 réfugiés syriens sont rentrés chez eux », a-t-il affirmé, précisant que les autorités libanaises n’ont pas eu vent de pressions ou vexations à leur encontre. Assurant que les autorités libanaises coopèrent sur ce plan avec le régime syrien, Michel Aoun s’est dit « étonné que la communauté internationale persiste à ne pas prendre part à l’initiative du retour ». Il a regretté à ce propos que « les Nations unies n’aient pas répondu par la positive à la demande du Liban d’offrir des aides aux réfugiés pour encourager leur retour en Syrie ».

Mme Parly s’est ensuite rendue chez le Premier ministre Saad Hariri, avant d’être reçue par le président du Parlement, Nabih Berry, à Aïn el-Tiné. Dans la journée, la ministre française a rencontré son homologue libanais, Élias Bou Saab. Les discussions ont porté sur les prêts alloués par Rome II et qui visent à renforcer les capacités de la marine et de l’armée de l’air libanaises. L’état-major de l’armée devrait présenter, d’ici à deux semaines, un cahier des charges détaillant ses besoins pour lancer ensuite un appel d’offres en direction de compagnies françaises, afin de mettre en marche la procédure relative aux prêts. Le dossier sera ensuite étudié par le gouvernement, le Parlement et le ministère des Finances. Le contrat avec la France devrait être signé en novembre prochain et coïncidera avec la visite du président français Emmanuel Macron, prévue au même moment. Mme Parly a par ailleurs rencontré le commandant en chef de l’armée, le général Joseph Aoun. Elle s’est enfin rendue au Liban-Sud pour y rencontrer le commandant de la Force intérimaire des Nations unies pour le Liban (Finul), le général Stefano del Col. Florence Parly doit quitter Beyrouth ce matin.


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants