X

Dernières Infos

Arrestation d'un Palestinien ayant participé à la conférence de Bahreïn

AFP
29/06/2019

Les services de renseignement palestiniens ont arrêté samedi un Palestinien ayant participé à une conférence à Bahreïn sur le volet économique du plan de paix américain pour le Proche-Orient, boycottée par l'administration de Ramallah, a indiqué une source sécuritaire.

L'homme arrêté, Salah Abou Mayala, est un homme d'affaires originaire de Hébron, en Cisjordanie, a rapporté cette source palestinienne, sous le couvert de l'anonymat. La famille de ce septuagénaire a indiqué n'avoir "aucune information à propos de cette arrestation".

Selon la source, l'Autorité palestinienne a décidé d'arrêter les Palestiniens ayant participé à la conférence de Bahreïn qu'elle avait boycottée, estimant qu'elle était vouée à l'échec.

Dans un rare élan d'unité, toutes les organisations palestiniennes ont condamné la rencontre, co-organisée mardi et mercredi par les Etats-Unis dans le but de présenter le volet économique de leur plan censé régler le conflit israélo-palestinien. Si les plus importants hommes d'affaires palestiniens ont boudé la conférence, accusant Washington d'essayer d'utiliser leur influence financière pour acheter leurs aspirations à un Etat, quelques Palestiniens s'y sont toutefois rendus, à titre individuel.

Outre Salah Abou Mayala, était présent à Bahreïn Ashraf Jaabari, un homme d'affaires controversé en raison de ses liens avec les colons israéliens. Lors de la conférence, il avait refusé à plusieurs reprises de commenter la position de l'Autorité palestinienne. "Nous ne venons pas ici pour parler de politique. La politique, c'est pour l'Autorité palestinienne", avait-il dit.

Dans un communiqué, le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, Nabil Abou Roudeinah, a critiqué samedi la rencontre de Bahreïn, la qualifiant d'"échec". Il s'agit là, selon lui, d'un "message clair pour (le président américain Donald) Trump et son administration, que la politique de menaces et d'intimidation ne fonctionne plus".

Les dirigeants palestiniens accusent Washington d'un parti pris en faveur d'Israël et ont coupé tout contact formel avec l'administration du président Trump depuis qu'il a reconnu Jérusalem comme la capitale d'Israël, alors que les Palestiniens espèrent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. 

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tractations gouvernementales : retour à la case départ

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants