Moyen Orient et Monde

À Téhéran, « le peuple est prêt » à faire face à l’« ennemi » américain

Des Iraniens participent à une cérémonie en hommage aux martyrs de la révolution à Téhéran. Nazanin Tabatabaee/West Asia News Agency via Reuters

Dans une rue de Téhéran, une foule scande les habituels slogans contre les États-Unis, « ennemi » numéro un de l’Iran : pour ces fidèles de la République islamique, leur pays est prêt à affronter Washington si la rhétorique guerrière se poursuit.

« Aujourd’hui, le message qui est relayé de Téhéran dans le monde, c’est que le peuple iranien, comme à son habitude, est prêt », lance avec défi Mohammad, venu honorer dans le centre de la capitale iranienne « 150 martyrs » tombés lors de la guerre Iran-Irak ou en Syrie.

En ce premier jour de week-end prolongé, la foule réunie rue Enghelab (« Révolution » en persan) scande les habituels slogans de « Mort à l’Amérique », « À bas Israël ». Hommes en bras de chemise et femmes en tchador noir de rigueur arborent des glaïeuls, blancs, rouges ou roses, ainsi que des portraits du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. « Chaque fois qu’un Iranien sent que sa patrie, sa famille, ou son honneur est menacé, mis en danger, violé, il est à l’écoute du guide, disposé et prêt à intervenir avec force et rigueur », assure Hamid, professeur retraité. La foule s’est rassemblée dès 09h30, sous un soleil déjà accablant, devant l’Université de Téhéran autour de chapiteaux mobiles dressés pour exposer les cercueils des « loyaux compagnons » morts pour l’Iran. Sans donner de chiffre précis, la télévision d’État parle d’une « foule immense ».

« Nous nous ressourcerons du sang des martyrs. C’est ce sang qui a arrosé et abreuve le grand arbre fécond de la révolution islamique », clame Ebrahim Raïssi, chef de l’Autorité judiciaire. « La République islamique reconnaît l’Amérique comme l’ennemi principal devant le régime sioniste et, avec toute sa force, est capable de les amener à repentance », lance encore M. Raïssi avant que le cortège funèbre ne s’ébranle en direction de « Meraj al-Shohada » (« Ascension des martyrs »), un lieu de mémoire du centre de la capitale.


Dans une rue de Téhéran, une foule scande les habituels slogans contre les États-Unis, « ennemi » numéro un de l’Iran : pour ces fidèles de la République islamique, leur pays est prêt à affronter Washington si la rhétorique guerrière se poursuit.

« Aujourd’hui, le message qui est relayé de Téhéran dans le monde, c’est que le peuple iranien,...

commentaires (0)

Commentaires (0)