Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Soudan

Bachir inculpé pour corruption

L’émissaire de l’UA, Mohammad el-Hacen Lebatt, lors de son point de presse, hier, à Khartoum. Ashraf Shazly/AFP

Des émissaires américains et africains ont intensifié leurs efforts hier à Khartoum pour trouver une solution à la crise entre les militaires au pouvoir et le mouvement de contestation au Soudan, où le président déchu Omar al-Bachir a été inculpé pour corruption.

Renversé et arrêté le 11 avril par l’armée sous la pression de la rue, Omar al-Bachir, qui a dirigé le Soudan pendant près de trois décennies, a été inculpé pour « corruption » après avoir été accusé notamment « de possession de devises étrangères et d’avoir acquis des richesses illégalement », selon l’agence de presse Suna.

Le jugement de M. Bachir et des principaux responsables de son régime est l’une des revendications du mouvement de contestation qui réclame aujourd’hui au Conseil militaire de transition qui a succédé à M. Bachir de transférer le pouvoir aux civils.

Pour maintenir la pression sur ce Conseil, une campagne de désobéissance civile a quasiment paralysé la capitale Khartoum de dimanche à mardi, malgré le durcissement de la répression enclenchée avec la dispersion sanglante le 3 juin du sit-in devant le QG de l’armée à Khartoum. C’est grâce à une médiation du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmad que les chefs de la contestation ont cessé la campagne de désobéissance civile et accepté le principe d’une reprise des pourparlers avec le Conseil militaire.

Les États-Unis et l’Union africaine (UA), qui appellent à un transfert du pouvoir aux civils, ont dépêché des émissaires à Khartoum qui ont eu des réunions avec des responsables soudanais et des meneurs de la contestation. Le nouvel émissaire spécial américain, Donald Booth, et le secrétaire d’État américain adjoint chargé de l’Afrique, Tibor Nagy, devaient aussi rencontrer le chef du Conseil militaire, Abdel Fattah al-Burhane. L’émissaire de l’UA, Mohammad el-Hacen Lebatt, a assuré qu’une équipe de diplomates étrangers travaillait à résoudre la crise.

Source : AFP



Des émissaires américains et africains ont intensifié leurs efforts hier à Khartoum pour trouver une solution à la crise entre les militaires au pouvoir et le mouvement de contestation au Soudan, où le président déchu Omar al-Bachir a été inculpé pour corruption.Renversé et arrêté le 11 avril par l’armée sous la pression de la rue, Omar al-Bachir, qui a dirigé le Soudan pendant...

commentaires (1)

POURSUIVI POUR CORRUPTION ? A T ON OUBLIE QU'IL ETAIT "" POURSUIVI "" PAR LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE POUR CRIMES CONTRE L'HUMANITE, QU'IL A PARCOURU -PRESQUE - LE GLOBE TERRESTRE SANS JAMAIS ETRE INQUIETE ?

Gaby SIOUFI

13 h 29, le 14 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • POURSUIVI POUR CORRUPTION ? A T ON OUBLIE QU'IL ETAIT "" POURSUIVI "" PAR LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE POUR CRIMES CONTRE L'HUMANITE, QU'IL A PARCOURU -PRESQUE - LE GLOBE TERRESTRE SANS JAMAIS ETRE INQUIETE ?

    Gaby SIOUFI

    13 h 29, le 14 juin 2019

Retour en haut