Carole Georges CHELHOT

Le Fitr, mes amis et moi....

Le festin que j’ai mis longtemps à préparer est prêt. La belle vaisselle astiquée et la nappe toute blanche, brodée, qui orneront la table à manger sont, aussi, coordonnées. Ma table est enfin dressée. J’ai allumé des bougies pour l’occasion que j’attendais. Je n’ai pas oublié les fleurs, elles ajouteront leur note printanière au banquet. J’ai mis de la musique pour chanter et danser, remercier le bon Dieu pour toutes les grâces qu’il nous a accordées. La maison, à l’encens parfumé, semble soudain rayonnante, aimante, vivante, accueillante, sortie, comme on dirait, d’un conte de fées.

Et j’attends...

De recevoir mes amis pour qu’ensemble nous partagions le repas solennel ;

De goûter à la joie du partage, du don, de l’Amour infini ;

De savourer la joie d’être, tels que nous sommes, dans leurs croyances et mes espérances, dans mes certitudes et leurs convictions ;

D’ouvrir grands mes bras, de les prendre sur moi, me jeter dans leurs bras, et nous unir dans l’Amour d’Allah, de Dieu le Père ;

De leur offrir un cadeau, un bienfait qui les enchanterait, de recevoir une offrande, une faveur qui m’émerveillerait ;

D’avouer mes fautes, mes insolences et mes faiblesses ;

De demander leur indulgence pour mes arrogances et mes lâchetés,

De leur offrir ma clémence pour excuser leurs offenses et leurs méfaits ;

J’attends que nous brisions nos chaînes, effacer nos différends, nous réconcilier ;

Pour réciter ensemble la prière, afin que nos péchés nous soient pardonnés ;

J’attends…

De nous tenir par la main pour dessiner la Paix, étouffer les souffrances, clamer la répression des guerres, la punition des injustices et la condamnation des tyrannies, afin d’évoluer ensemble dans un monde libre où humanité, charité et solidarité se conjugueraient au présent plus-que-parfait.

J’attends…

D’écrire ensemble le commencement de notre merveilleuse Histoire qu’on affirmera, qu’on contera, qu’on rapportera jusqu’à l’épuisement, l’essoufflement, l’éboulement, jusqu’au dernier jour de notre vie.

J’attends qu’Allah jette Son regard miséricordieux sur nous, que le Père nous guide dans Son Amour éternel afin que nous demeurions unis par Lui, avec Lui et en Lui ;

J’attends…

On a sonné, mes amis sont arrivés…

Bonne fête du Fitr !

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour.


Le festin que j’ai mis longtemps à préparer est prêt. La belle vaisselle astiquée et la nappe toute blanche, brodée, qui orneront la table à manger sont, aussi, coordonnées. Ma table est enfin dressée. J’ai allumé des bougies pour l’occasion que j’attendais. Je n’ai pas oublié les fleurs, elles ajouteront leur note printanière au banquet. J’ai mis de la musique pour...

commentaires (0)

Commentaires (0)