X

La Dernière

On attendait Amal Clooney à Bkerzay... Elle était à Londres

Quelqu’un m’a dit
11/06/2019

Une knéfé en guise de wedding cake

Déçus étaient les invités au mariage de Samer Alameddine et Dania Zentani. Ils pensaient serrer la pince à la sœur du marié, mais Amal Alameddine Clooney n’était pas de la fête. Il ne faut pas trop s’étonner de son absence. Pour des raisons de sécurité, la puissante avocate, dont les combats pour la défense des droits de l’homme sont légion, a besoin d’une infrastructure et logistique très compliquée pour se déplacer. Déjà pour bouger d’une ville à l’autre dans son propre pays, plusieurs agents de sécurité l’entourent. Elle aurait été visée par des menaces de mort à plusieurs reprises. Et George Clooney, qui n’est pas homme à transiger sur la sécurité de sa famille, est très inquiet.

Mais revenons au mariage de Dania Zentani (d’origine libyenne) et Samer (le fils de Ramzi Alameddine et Asma Fathallah), qui s’est déroulé samedi dernier à Bkerzay, au Chouf. Si autour de nous, les unions se suivent et se ressemblent, et que plus de la moitié se déroulent en grande pompe, le nouveau couple a décidé de faire autrement. C’est donc l’idée d’une soirée estivale décontractée qui l’a emporté.

Un savoureux buffet a été concocté par le chef Hussein Hadid qui a zappé saumon, crevettes et compères, pour offrir une variété de mets locaux (kebbé, kafta, soujok, etc.). Pas de pièce montée non plus, a décrété la mariée (en Rabih Kayrouz). Son wedding cake était une immense knéfé au milieu de laquelle trônaient des pivoines.

Outre leurs proches parents, Alameddine, Fathallah, Zentani et Salman, seuls les collègues de boulot et les amis étaient invités.

Dès 19h, avec sa guitare, la chanteuse algérienne Souad Massi a accompagné le couple dans une cérémonie « laïque » au cours de laquelle ils ont échangé alliances, vœux et promesses, avant de sabrer le champagne. La nuit tombée, sur fond de guirlandes, lampions et bougies insufflant une atmosphère magique, se sont succédé Aziza, un groupe de danseurs et un DJ. Une ambiance dingue a duré sans jamais retomber tout le long de la soirée. « C’était génial ! » ont raconté des invités.

Parmi les présents, Mazen et Michèle Richani, May Daouk, Dany et Maya Richa, Jacques et Laurence Oueiss, le romancier et auteur du Dernier Templier Raymond Khoury, Nana Hamdane, Rachid et Paola Mteini, Wissam et Hania Aïssaoui, Joseph Tyan, Moe Chahine, Georges et Lara Moawad, Diala el-Fil Jaroudi, Walid et Sahar Alami, Nayla Assaf et d’autres encore, notamment Tala Alameddine, Bari’a Meknas Alameddine et le clan Salman : Sami, May, Ramzi, Zeina et Karim, accompagné de sa fiancée Louise Doumit, dont le mariage est fixé au 29 juin.


Aller toujours plus haut, plus loin

Elle a gravi les sept sommets les plus hauts des sept continents. Le Kilimandjaro en Tanzanie ; le Denali au centre de l’Alaska, aux États-Unis; l’Aconcagua en Argentine ; le massif Vinson, point culminant de l’Antarctique ; l’Elbrouz dans le nord du Caucase en Russie ; et la Puncak Jaya sur l’île de Nouvelle Guinée, dans la province de Papouasie. Et tout récemment, elle a réussi l’ascension du mont Everest, qui culmine à la frontière entre la Chine et le Népal à 8 848 m d’altitude. Joyce Azzam est ainsi la première Libanaise et la seule femme du Moyen-Orient à poser le pied sur le toit du monde, en brandissant le drapeau national. Les exploits de cette intrépide architecte trentenaire ne s’arrêteront pas là. Elle est déterminée à atteindre les deux pôles, Nord et Sud, pour compléter le grand chelem des explorateurs (l’Explorers Grand Slam) !

Joyce Azzam a planté un cèdre du Chouf dans les jardins du complexe hôtelier Park Village of Katmandou, en présence du ministre népalais des Forêts et de l’Environnement. Soutenue par la cheffe des opérations de l’AM Bank, Nahla Khaddage Bou Diab, l’alpiniste a utilisé la publicité de son expédition pour lever des fonds en faveur des activités de l’association Himaya, Innocence en danger, qui accompagnent les enfants victimes de violences. En signe de cet engagement, elle a également planté le drapeau de Himaya au pied du mont Everest.


Un architecte qui ne chôme pas

Quand il s’agit d’hôtels de luxe ou de complexes balnéaires Galal Mahmoud (GM Architects) est incollable. Et sa carrière ne connaît pas de temps mort. En collaboration avec le Bluehaus Group, le voilà lancé dans une nouvelle mission : la rénovation du prestigieux hôtel H Dubaï, situé au n°1 de Sheikh Zayed Road, l’artère centrale de Dubaï.

Entre-temps, il avait mis sur rails plusieurs projets, dont la boutique Hôtel Mysk à Palm Island, Dubaï. La construction a été entamée.

Quant aux travaux du complexe hôtelier de luxe situé en front de mer à Jumeirah al-Sahel, ils avancent à grands pas. Son inauguration est prévue l’année prochaine.

À Dubaï toujours, le bureau GM Architects a terminé de peaufiner les hôtels combinés Accor, comprenant un Majlis Grand Mercure, une résidence Adagio et un Mercure. Au total 300 clés. Le mélange d’art moderne, d’artisanat traditionnel et de finition industrielle et une ambiance décontractée produira certainement la différence indispensable dans ce segment très concurrentiel.

La restauration de l’hôtel Mysk by Shaza au Koweït a été également confié au bureau GM Architects, qui a proposé des design intérieurs sur mesure et des solutions architecturales à une structure en béton existante, transformant celle-ci en un principal repère visuel du quartier. Le projet sera réalisé en collaboration avec la compagnie SQC.

Galal Mahmoud est bardé de prix d’architecture. Pour ne citer qu’un exemple, l’Hôtel Sofitel Tamuda Bay Beach & Spa qu’il a conçu entre Tanger et Tétouan sur la côte nord du Maroc, avait remporté le prix du meilleur « Luxury Beach Resort », ainsi que le Grand Prix de l’Année aux World Luxury Awards 2016.

ditavonbliss@hotmail.com

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tina Chamoun

Totalement à l'ouest Amal lol

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants