Dernières Infos

Yémen: une responsable de l'ONU à Riyad les 10 et 11 juin

AFP
08/06/2019

La secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les Affaires politiques, Rosemary DiCarlo, se rendra à Riyad les 10 et 11 juin, a indiqué vendredi l'ONU. Une visite qui intervient après des critiques du gouvernement yéménite contre l'émissaire onusien pour le Yémen.

Rosemary DiCarlo rencontrera à Riyad "des responsables saoudiens et yéménites afin de discuter de sujets de paix et de sécurité régionale, dont la situation au Yémen", a-t-on précisé de même source.
Cette visite se tiendra après des critiques le mois dernier du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi contre l'envoyé spécial onusien, le Britannique Martin Griffiths. Le président yéménite a accusé le médiateur de l'ONU de prendre le parti des rebelles houthis, contre lequel le gouvernement yéménite est en guerre, avec le soutien depuis 2015 d'une coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite.
Dans une lettre fin mai, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait assuré que son organisation agissait comme un "médiateur impartial" au Yémen.

Tout en soulignant que l'envoyé spécial Martin Griffiths et lui-même prenaient "très au sérieux" les "inquiétudes légitimes" du gouvernement yéménite, M. Guterres avait réfuté les accusations de M. Hadi. Dans une lettre datée du 22 mai, le président yéménite avait notamment accusé M. Griffiths de permettre aux rebelles de rester dans la ville de Hodeida (ouest) et dans son port, contrairement à ce que prévoit un accord conclu en décembre en Suède sous l'égide de l'ONU.

Les Nations unies avaient fait état le 14 mai du retrait des houthis du port de Hodeida et de deux autres ports proches, mais des responsables gouvernementaux avaient dénoncé une "manipulation", accusant les rebelles d'en remettre le contrôle à des garde-côtes qui leur sont favorables. Dans sa réponse le 23 mai, M. Guterres avait assuré que l'ONU n'épargnerait aucun effort pour "préserver l'esprit et la lettre" de l'accord conclu en Suède. "Je peux aussi vous assurer que les Nations unies n'ont aucunement l'intention d'établir une administration internationale à Hodeida", avait-il ajouté.

Le conflit au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires. Environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d'assistance, selon l'ONU.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants